ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Conflit Maroc - Polisario : l’Algérie en appelle à l’Espagne

 
L’Espagne doit s’engager en faveur d’une solution politique au conflit entre le Maroc et le Polisario, estime l’Algérie par la voix du président Bouteflika.
mercredi 13 décembre 2006.

Jose Luis Rodriguez Zapatero en Algérie « Nous souhaiterions que l’Espagne s’engage de manière plus résolue à amener le royaume du Maroc et le Front Polisario à accepter de mettre au point les modalités du référendum d’autodétermination libre et régulier qui permettra l’expression de la volonté souveraine du peuple du Sahara Occidental, conformément à la légalité internationale », a affirmé le chef de l’Etat. Soulignant la responsabilité du royaume ibérique dans l’état actuel des choses, le président de la République a déclaré que « l’Espagne ne peut pas rester indifférente au sort actuel du peuple sahraoui que vous avez colonisé de 1885 à 1975", a encore souligné le président Bouteflika.

Sur ce même dossier et à l’issue des entretiens qu’il a eus avec le président Bouteflika, le président du gouvernement espagnol, M. Jose Luis Rodriguez Zapatero, a, pour sa part, affirmé à la presse : « nous avons discuté de manière approfondie des principes clés qui doivent régir (les efforts) pour aboutir à une solution au conflit du Sahara Occidental qui oppose le Maroc et le Front Polisario. Il s’agit de deux principes : l’accord entre les parties (au conflit) et le respect de la légalité internationale », a-t-il encore dit.

Par ailleurs, la visite de M. Zapatero à Alger a permis la signature d’une convention judiciaire algéro-espagnole sur l’extradition. La convention a été signée par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz, et son homologue, M. Juan Fernando Lopez Aguilar. La signature du document a eu lieu en présence du président de la République et le président du gouvernement espagnol. Cette convention, troisième du genre, et qui entre dans le cadre de la coopération judiciaire entre l’Algérie et l’Espagne, intervient après l’accord d’entraide pénale et celui en matière civile et commerciale, signés respectivement en 2004 et 2005.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran