ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : le GSPC revendique l’attentat de Bouchaoui

 
Décidé à faire perdurer la terreur en Algérie, le GSPC a revendiqué l’attentat terroriste de Bouchaoui qui a visé les employés d’une compagnie américaine.
mercredi 13 décembre 2006.

Forces de sécurité à Alger L’attentat visant un bus transportant des employés de la société américaine Brown Root and Condor (BRC), une filiale spécialisée dans la construction et appendice de la compagnie publique algérienne Sonatrach et de la société américaine Halliburton, a poussé l’ambassade américaine à Alger à mettre en garde les citoyens américains qui se trouvent en Algérie, à prendre leurs précautions et à « réexaminer leur situation de sécurité », leur conseillant « vivement » de s’enregistrer auprès de la section consulaire de l’ambassade afin, également d’y obtenir les « mises à jour » relatives au « travel warning » concernant les déplacements vers et dans le territoire algérien.

L’ambassade américaine a, aussi, limité ses activités aux « mouvements officiels » en attendant d’« évaluer la situation » qui découle de l’attentat de dimanche. Dans cet intervalle, les citoyens américains en situation d’urgence peuvent téléphoner à l’ambassade. Ayant certainement été informée d’un mouvement suspect dans ou autour de la capitale, la dernière mise à jour du « travel warning » du département d’Etat américain concernant les déplacements en Algérie et datée du 22 novembre, précisait que « l’environnement de la sécurité dans plusieurs régions de l’Algérie continue de poser un risque considérable ». Le département d’Etat US estimait que « malgré » un déploiement sécuritaire « généralement efficace » à Alger et dans « les grands centres urbains », il a été quand même enregistré « des attentats terroristes contre des commissariats de police en octobre 2006 ».

La Grande-Bretagne a été la première, le 3 novembre dernier, à mettre en garde ses ressortissants, bien avant l’attentat de Bouchaoui. Les attentats terroristes qui ont secoué le nord de l’Algérie, à la fin du mois d’octobre 2006, ont poussé le Foreign Office à procéder à une mise à jour de son « travel warning ». Les autorités britanniques venaient ainsi de revoir à la hausse les risques de déplacement de leurs ressortissants en Algérie. Le conseil aux voyageurs fait mention des risques, et même s’il assure que le niveau d’alerte n’a pas changé, il exhorte les sujets de Sa Majesté séjournant dans notre pays à une plus grande vigilance, comme ne pas prendre la route de nuit, dans le nord de l’Algérie.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après l’Expression