ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : l’opération 100 locaux par commune s’essouffle

 
Destinée à relancer l’activité dans les communes d’Algérie, l’opération 100 locaux par commune semble s’essouffler en raison du manque de transparence sur les critères d’attributions des locaux.
mardi 19 décembre 2006.

Le commerce pour relancer l'économie locale en Algérie Ni les modalités d’acquisition ni le profil du postulant et encore moins les critères exigés pour l’acquisition de ces locaux n’étaient clairement définis. Les walis ont dû attendre le décret exécutif 06-366 du 19 octobre 2006, portant création de comité de wilaya chargé de l’attribution des locaux commerciaux au profit des jeunes, pour procéder à leur installation officielle avec pour mission d’étudier tous les dossiers et d’établir la liste des bénéficiaires. Entre-temps, dans certaines communes d’Algérie où des locaux ont été réceptionnés, des listes de bénéficiaires ont été établies et affichées. Quand les listes des demandeurs dépassent de loin le nombre de locaux proposés (et c’est pratiquement le cas dans toutes les communes) et en l’absence d’arguments convaincants sur le bien-fondé des critères retenus, les milliers de demandeurs déçus n’ont d’autre recours que la protestation.

C’est ce qui s’est passé à Tiaret, où l’opération de distribution de cent locaux commerciaux a tourné à l’émeute lorsque des jeunes chômeurs, mécontents des critères retenus par la commune pour leur distribution, ont tenté de se suicider en se jetant dans le vide. En effet et par trois fois en une semaine, des jeunes exclus du bénéfice des 100 locaux commerciaux, construits dans le cadre du programme présidentiel, ont tenté de se suicider à la cité « Volani », cité « Bellevue » et cité « des Pins » dans la partie nord de la ville de Tiaret. Des dommages ont même été causés aux kiosques nouvellement construits par de jeunes chômeurs surexcités. Trois individus impliqués dans les troubles ont été placés sous mandat de dépôt, selon les services de la sûreté de wilaya. Tiaret n’est pas en reste, les autres communes d’Algérie risquent de connaître le même scénario, tant que les dispositions portant attribution des locaux commerciaux ne sont pas clairement définies.

Aujourd’hui, et après l’annonce de la décision du ministre de l’Intérieur de vendre ces locaux à des professionnels, même les comités de wilaya mis en place conformément au décret 06-366 se retrouvent face à un véritable dilemme. A qui doivent profiter ces locaux ? A des professionnels disposant de moyens d’acquérir ces locaux, ou à de jeunes chômeurs diplômés, qui, sans ces locaux, ne peuvent lancer leurs projets. Il y a lieu de rappeler que ce programme s’est fixé, initialement, comme objectif la création d’un minimum de 300.000 emplois au profit des chômeurs âgés de 18 à 50 ans, dans divers créneaux de services et d’artisanat, soit 150.000 locaux à travers le pays à raison de 100 locaux par commune employant une moyenne de deux personnes par local. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de l’emploi qui a pour objectif la création de 2 millions d’emplois d’ici à 2009. En attendant des textes d’accompagnement qui définissent clairement les modalités d’acquisition de ces locaux, c’est un autre problème que soulèvent aujourd’hui les jeunes chômeurs ou leurs représentants.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran