ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le CNES présentera son rapport sur l’Algérie

 
Le rapport annuel sur le développement humain en Algérie sera prochainement présenté par le Conseil national économique et social (CNES), selon son président Mohamed-Seghir Babès.
samedi 23 décembre 2006.

Le PNUD collaborera avec le CNES dans son rapport sur l'Algérie Un rapport qui, pour la première fois, a été élaboré selon les normes internationales et qui comporte des réflexions transversales sur le développement humain, la lutte contre la pauvreté, les libertés économiques et la gouvernance. « Il doit en résulter quatre rapports, dira-t-il, qui vont devenir annuels et constituer l’apanage et la marque de notre institution ». « Pour le rapport sur le développement humain en Algérie, précise-t-il, nous avons sollicité la contribution du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) pour l’élaborer avec nous ».

« Dans deux, trois semaines au maximum nous allons faire la présentation de ce rapport à la presse, qui sera le neuvième en Algérie mais le premier du genre conforme aux standards du PNUD, c’est-à-dire aux standards internationaux, puisque c’est le PNUD qui a le privilège, comme instance exécutive des Nations unies, de conduire cet exercice à l’échelle mondiale », a encore expliqué le président du CNES. Même procédé pour le rapport sur la pauvreté en Algérie qui sera élaboré avec le PNUD et la Banque mondiale (BM) et de celui sur les libertés économiques et la gouvernance pour lesquelles un séminaire méthodologique sera préparé. Ce séminaire verra la participation, selon le président du CNES, d’une délégation de la BM, conduite par le Pr Daniel Kauffman, mondialement connu pour avoir été l’un des fondateurs du paradigme de l’index des libertés économiques et plus généralement de la gouvernance.

Le président du CNES a expliqué dans ses déclarations faites à l’APS, à propos du regard extérieur sur l’Algérie, que « tous les pays du monde ne peuvent pas être insensibles au regard extérieur posé sur leur système de gouvernance et l’Algérie est soumise au regard méticuleux, circonspect et attentif d’une série d’institutions, d’observatoires, d’agences spécialisées des Nations unies, d’ONG internationales qui publient des rapports sur notre pays ». Le président du CNES voit dans cette politique de s’aligner sur les normes internationales un moyen d’être au diapason des évolutions dans le monde. « Quand ces différents rapports sont dressés indépendamment de vous, qu’est-ce qui vous reste à faire ? », s’est interrogé M. Babès, qui voit dans la nouvelle politique de s’aligner sur les standards internationaux un moyen de marquer sa présence à l’échelle internationale.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran