ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie maintient les restrictions dans la distribution d’eau

 
Les restrictions dans la distribution d’eau en Algérie seront maintenues malgré les fortes précipitations qui se sont abattues sur le pays ces derniers jours.
dimanche 24 décembre 2006.

le gouvernement veut lutter contre le gaspillage de l'eau en Algérie En effet, au département de Abdelmalek Sellal on préfère jouer encore la carte de la prudence. « En tout état de cause et malgré les améliorations constatées, la prudence reste nécessaire et l’économie de l’eau devra constituer pour tous une obligation », a noté le ministère dans un communiqué rendu public hier. Le nouveau plan de distribution d’eau en Algérie mis à exécution par les autorités en novembre dernier, rappelons-le, est intervenu suite à la persistance de la sécheresse qui a frappé le territoire national durant toute la saison d’automne. Le ministère des Ressources en eau appelle toujours à une gestion rationnelle de l’or bleu. Les dernières pluies ont servi, selon le communiqué, beaucoup plus à compenser le déficit hydrique des sols dû à la sécheresse persistante de ces derniers mois.

Toutefois, on se montre plutôt optimiste quant à l’avenir, « d’autant que les prévisions météorologiques indiquent une évolution favorable, alors que l’année pluviométrique réelle ne fait que commencer ». « Les espoirs sont permis surtout qu’historiquement les meilleurs apports sont généralement enregistrés au mois de février », a-t-on précisé dans le même document. Pour le ministère, le déficit en question étant compensé, les éventuelles précipitations attendues, favorisant les ruissellements, auront un effet plus important sur le remplissage des barrages en Algérie et différentes retenues. Cependant, l’apport des dernières averses, selon la même source, est plus conséquent et bénéfique pour d’abord les réserves d’eau souterraines et ensuite pour l’agriculture, notamment les grandes cultures.

Les 57 barrages en exploitation ont enregistré, selon le ministère, de nouveaux apports, estimés à 125 millions m3 (chiffres du 22 décembre 2006). Ces apports ont porté les réserves actuelles en eau à 2,290 milliards m3, soit un taux de remplissage des barrages de 40,16%. Durant l’année 2005 et à la même période, selon les services du ministère, on a eu 1,8 milliards m3, soit un taux de remplissage des barrages de 31,88%. La hausse des apports obtenus a été tirée, a-t-on ajouté, des quantités emmagasinées par les barrages situés dans les régions est et centre de l’Algérie. « La région est qui comprend 19 barrages a reçu des apports s’élevant à 88,4 millions m3, augmentant ainsi le taux de remplissage des barrages à 59,20% contre 47,54% en 2005 à la même période. Le Centre, très affecté par la sécheresse durant l’été dernier, a reçu 18,5 millions m3, soit un taux de remplissage de 47,13% contre 44,22% l’année passée », lit-on dans le communiqué en question.

Synthèse de Souad, algerie-dz.com
D’après El Watan