ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Hausse inquiétante de la criminalité en Algérie

 
La hausse de criminalité en Algérie inquiète la population et les autorités algériennes qui semblent dépassées par l’ampleur du phénomène.
samedi 30 décembre 2006.

Pendant que le terrorisme baisse en Algérie, la criminalité explose. Cette violence qui va de la simple bagarre aux rixes à l’arme blanche et armes à feu en passant par les vols avec agression, les cambriolages, le meurtre et enfin l’enlèvement et le kidnapping, a créé une véritable psychose et à laissé libre cours à la spéculation à plus d’un niveau. Cette nouvelle forme de criminalité a tendance à prendre une ampleur alarmante en Algérie. Il ne se passe pas une semaine ces derniers temps sans que la presse nationale ne rapporte le cas d’enlèvement d’enfants, de jeunes femmes, de mineurs et de riches où enfants de riches. Et si le motif diffère d’un cas à l’autre ses crimes se rejoignent dans la violence de l’agression tant physique que morale que subit la victime.

Aussi, les premières analyses faites sur le rapt avec demande de rançon, - phénomène étranger il y a quelques années à notre société, - démontrent « qu’il est spécifique à Boumerdès et certaines zones de Kabylie ». D’autres avancent qu’il découle de la traversée de l’Algérie de la décennie noire. Pour ce qui est des autres formes de kidnapping qui sont dans la majorité des cas accompagnés de viols, de tortures et de graves agressions physiques et morales, il est triste de constater qu’ils sont toujours traités et inclus dans le volet des atteintes aux personnes, lorsqu’il faut dresser des bilan par les services de sécurité.

Hormis le chiffre faisant état de 139 enfants victimes de kidnapping lors des cinq premiers mois de l’année 2006, avancée par les services de la Sûreté nationale lors d’une rencontre sur les droits des mineurs, aucune statistique ni donnée précise n’est encore communiqué. A suivre les cas rapportés par la presse, on se retrouve en face de rapts de personnes adultes et d’enfants mineurs perpétré au centre, à l’Est et à l’Ouest de l’Algérie. De même qu’on ne connaît pas encore de mesures spéciales prises, à n’importe quel niveau qu’il soit pour lutter sérieusement contre le phénomène et encore mois du côté de la justice où on n’enregistre pas de peines sévères à l’encontre des coupables de ces drames.

Faut-il donc attendre que le kidnapping et rapt avec demande de rançon prend la même ampleur que celle prise par le vol des portable où par les trafic de drogue où les harraga pour avoir de solides réactions ? Mais il faut toutefois rappeler que la seule réaction où la sonnette d’alarme a été tirée, provient du premier magistrat du pays qui impute la criminalité, particulièrement les atteintes aux personnes, aux citoyens eux-mêmes. Il a reproché à ces derniers le fait d’assister en témoins sourds à ces graves faits sans lever le petit doigt pour prêter assistance aux personnes en danger. Mais ont-ils réellement la possibilité de faire autrement ? Seront-ils couverts par la loi dans le cas où ils aient le courage d’intervenir ?

Synthèse de Souad, algerie-dz.com D’après Lejourdalgerie