ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie critique l’exécution de Saddam Hussein

 
Par la voix du chef du gouvernement, l’Algérie a "rejetté catégoriquement l’affront fait aux Arabes et aux Musulmans le jour de l’Aïd El Adha" après l’exécution de l’ex-président irakien, Saddam Hussein.
jeudi 4 janvier 2007.

L'Algérie a dénoncé l'exécution de Saddam Hussein. "Nous ne pouvons pas adopter une autre position que celle du peuple qui a été consterné par l’exécution par pendaison d’un dirigeant arabe", a fait remarquer M. Belkhadem, lors d’un entretien accordé à la Radio publique algérienne.

Ce qui se passe en Irak "nous interpelle et nous afflige au plus haut degré de même qu’il n’augure rien de bon", a-t-il indiqué. Il a néanmoins estimé qu’"aucune tension n’est à signaler dans les relations de l’Algérie avec l’actuel ou l’ancien gouvernement irakien", tout en soulignant que l’Algérie "croit aux relations entre les peuples".

Peu après la mise à mort de Saddam, l’Algérie avait exprimé, dans une déclaration par la voix du gouvernement, ses regrets sur l’exécution de Saddam Hussein le jour de l’Aïd El Adha, l’une des plus importantes fêtes du monde arabo-musulman.

Synthèse de Samir
D’après Xinhua