ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le GSPC refuse l’offre de paix en Algérie

 
Le principal groupe terroriste en Algérie, le groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui rejette l’offre de paix de Bouteflika, annonce la poursuite de ses opérations terroristes sur le sol algérien.
samedi 6 janvier 2007.

Le commissariat de Reghaia (nord de l'Algérie) détruit par un attentat du GSPC. Abdelmalek Droukdal, émir du GSPC, a adressé une longue lettre, publiée sur le site Internet du groupe et dont El Khabar a reçu une copie, dans laquelle il refuse l’appel lancé par le Président Abdelaziz Bouteflika lors de son dernier discours. La lettre datée du 03 Janvier indique que le groupe est déterminé à poursuivre son activité terroriste en Algérie.

Le même message accompagné d’une photo récente de l’émir précise que le GSPC a en aucun cas reçu une aide étrangère, soulignant avoir reçu de nouvelles quantités d’armes, parlant « d’arrivages d’armes et de munitions ». Le groupe a reconnu pour la première fois s’être aidé d’éléments étrangers dans ses opérations terroristes en Algérie. La lettre a indiqué dans la partie adressée au Président « les jeunes commencent à se réveiller et se réjouissent à l’idée de prendre les armes, ils affluent au maquis du pays et en dehors du pays ».

Le document de Droukdal, connu sous le nom de « Abu Mussâb Abdelouadoud », a appelé le ministre de l’Intérieur, Nourredine Yazid Zehrouni a « annoncer le nombre exact de jeunes qui ont rejoint le djihad et les poches de combat en Algérie ces derniers mois ». Il a par ailleurs consacré une partie de sa lettre à « notre cher émir Abdullah Oussama Ben Laden », lui réitérant sa dévotion et le rassurant à propos de la situation des membres du GSPC qu’il a qualifié d’« hommes et de soldats » de Ben Laden.

Synthèse de Souad, algerie-dz.com
D’après El Khabar