ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie face au terrorisme du GSPC

 
Le lutte que mène l’Algérie contre le terrorisme du GSPC doit se poursuivre jusqu’à l’éradication dès lors que les terroristes rejettent la charte pour la paix et la réconciliation.
lundi 8 janvier 2007.

Le lutte contre le terrorisme du GSPC se poursuivra en Algérie. Le terroriste Abdelmalek Deroukdel, dit « Abou Mossaâb Abdelouadoud », chef du GSPC, affirme « l’Algérie n’a pas besoin d’une Charte pour la paix et la réconciliation mais d’une charte pour l’Islam », selon les termes du communiqué du Gspc diffusé, mardi dernier, mais qui date en réalité du 20 septembre 2005, c’est-à-dire la veille du référendum pour la paix et la réconciliation nationale. « Le djihad va continuer. Nous avons promis à Dieu de poursuivre le djihad et le combat », affirme le chef du Gspc. Ce rejet de l’offre de paix intervient moins de deux jours après l’appel de Hattab à l’endroit de ses anciens compagnons.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’ancien chef du Gspc, Hassab Hattab, fait l’éloge de l’offre de paix proposée aux groupes armés par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et appelle ses anciens compagnons d’armes à déposer les armes. L’entêtement de Hassan Hattab à pousser ses anciens compagnons vers une issue pacifique, en tentant d’amarrer son ancienne organisation à la réconciliation nationale en Algérie, est significatif quant à son regret de s’être un jour fait « avoir » par plus jeunes que lui, alors qu’il aurait pu, quand il était encore à la tête du Groupe salafiste, amarrer toute l’organisation à la paix et entrer dans l’Histoire.

La saignée, qui a failli vider le Groupe salafiste pour la prédication et le combat, pousse la direction de l’organisation à plus de rigueur envers ceux qui seraient tentés par l’offre de paix. Selon un bilan établi par le ministre de l’Intérieur, Nouredine Yazid Zerhouni, « des résultats positifs ont été réalisés grâce à la réconciliation nationale qui a permis la reddition, jusqu’ à présent, de 250 à 300 terroristes pour bénéficier des dispositions de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale en Algérie ». Si on estime que tous ces repentis sont issus du Groupe salafiste, qui avait pu opérer auparavant une véritable OPA sur les groupes armés en Algérie, on peut alors dire que l’organisation de Deroukdel a perdu beaucoup de ses hommes.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après l’Expression