ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie veut l’extradition de Khalifa

 
L’extradition en Algérie de Abdelmoumene Khalifa, le principal accusé dans le procès Khalifa, ne peut intervenir avant la ratification par Londres de l’accord de coopération judiciaire d’extradition signé avec Alger.
lundi 8 janvier 2007.

A quand l'extradition en Algérie de Rafik Khalifa ? C’est du moins ce qu’a expliqué, hier, M. Mohamed Salah Dembri, ambassadeur d’Algérie à Londres, sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale. Rappelant que la visite en question avait débouché sur la signature de quatre importants accords, notamment dans les domaines de la coopération judiciaire d’extradition et de réadmission, M. Dembri a précisé que « l’accord sur l’extradition a été signé par les représentants des gouvernements algérien et britannique le 11 juillet dernier, et le document a été soumis à la ratification spécifique de chaque pays ».

Le diplomate algérien relèvera toutefois que l’avant-dernier Conseil des ministres en date du 11 décembre 2006 avait apposé la ratification du chef de l’Etat algérien via le décret présidentiel n°06-464 publié au Journal officiel du 13 décembre 2006. Reste la ratification par la Grande-Bretagne pour pouvoir entamer la procédure d’extradition. « La ratification passe par le Parlement britannique », selon le diplomate algérien. Une démarche qui peut s’étaler dans le temps suivant les procédures britanniques. Une fois la ratification publiée dans les Journaux officiels des deux pays, l’Algérie pourra, dans les 30 jours qui suivront entamer le processus d’extradition.

Cela étant précisé, M. Dembri rappellera que Abdelmoumene Khalifa a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. « Cela justifie les négociations entre les deux ministères de la Justice à son sujet depuis quelques mois, selon les requêtes d’usage. » Cela étant précisé, le diplomate rappellera que la présence physique en Algérie de Abdelmoumene Khalifa, principal accusé dans les trois affaires qui portent son nom, « n’est pas indispensable pour le déroulement des procès en question », notamment celui de la caisse principale d’El Khalifa Bank qui s’ouvrira ce matin à Blida et dont le préjudice est estimé, selon la radio nationale, à 310 milliards de centimes.

Synthèse de Billal, algerie-dz.com
D’après la Tribune