ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : Haddam critique Zerhouni

 
Après avoir fui l’Algérie pour son soutien au terrorisme, l’islamiste Anouar Haddam défend son droit de constituer un parti politique et critique Yazid Zerhouni pour son opposition.
jeudi 18 janvier 2007.

Yazid Zerhouni - Algérie L’islamiste Anouar Nasr Eddine Haddam a invité le ministre de l’intérieur à s’occuper de l’affaire Khalifa au lieu de « persister à exclure d’innocents citoyens », après les déclarations du ministre dans lesquelles il a interdit aux leaders de l’ancien FIS d’exercer la politique à nouveau. Haddam a envoyé hier une lettre à El Khabar, dans laquelle il conteste les déclarations du ministre de l’Intérieur au sujet du retour des anciens dirigeants du FIS sur la scène politique en Algérie.

Il a indiqué nous ne voyons pas la nécessité de ces déclarations qui laissent penser que l’Etat ne possède ni constitution, ni justice, ni statuts ou lois qui régissent l’ordre public. Le ministre de l’Intérieur a commenté l’initiative de Haddam qui concerne la « création d’un groupe de travail politique pour activer la réconciliation nationale ». Il a expressément appelé le ministre à s’occuper de l’affaire Khalifa au lieu de lui interdire la politique, « ces déclarations sont intervenus à un moment où le ministre aurait dû être occupé par le scandale du siècle qui est une vrai tragédie économique pour l’Algérie... ».

Pour rappel le ministre avait indiqué au sujet du retour des anciens leaders du FIS, « ça n’arrivera jamais tant que je suis ministre de l’Intérieur ». Haddam a indiqué dans sa lettre « l’Algérie a souffert de ceux qui ne font pas la différence entre l’Etat et leur propre bien et leurs appartenances politiques limitées ». Il l’a implicitement accusé d’extrémisme déclarant « le discours fermé et extrémiste est un danger pour l’union de l’Algérie car il menace des tranches de la société en pratiquant l’exclusion ».

Synthèse de Souad, algerie-dz.com
D’après El Khabar