ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : L’affaire Khalifa révèle ses secrets

 
Le procès de la banque Khalifa se poursuit en Algérie au tribunal de Blida où Chachoua Abdelhafid, ancien responsable de KGPS, a révélé que l’entreprise qu’il dirigeait n’avait pas d’agrément.
vendredi 19 janvier 2007.

Procès Khalifa - Tribunal de Blida, Algérie. Le KGPS (Khalifa groupe protection et sécurité), dont il était directeur général n’avait obtenu aucun agrément auprès du ministère de l’Intérieur. M. Chachoua, ancien inspecteur de police, a déposé une demande d’agrément en 2000, alors qu’il attendait la réponse à sa lettre de démission introduite auprès des services de la Sûreté de wilaya de Staouéli. Aucune suite ne sera donnée à sa demande d’agrément, ce qui ne l’empêchera pas de créer une direction générale interne de la sécurité et de la protection pour le groupe Khalifa qui se chargerait de la sécurité des biens et des personnes et du transfert des fonds d’El Khalifa Bank en Algérie.

M. Chachoua, qui a recruté quelque 900 agents dans sa direction, dans leur majorité des retraités de la Sûreté nationale, assurait la sécurité des invités étrangers du groupe El Khalifa en Algérie. Il transportait pendant trois ans les fonds de la banque des agences vers la Banque centrale ou encore vers la caisse principale. Ce directeur général a eu à rencontrer des personnalités et de hauts cadres de l’Etat. Pourtant, durant toute cette période, aucune institution de la République n’est venue lui demander des comptes.

Mme Brahimi, la présidente de la séance, n’a pas manqué de rappeler à l’inculpé, qui a voulu justifier sa décision de création de le KGPS par l’absence de réponse de la tutelle après un délai légal de trois mois, que le décret régissant la création de sociétés de gardiennage même en étant une structure interne d’une entreprise, est clair et stipule qu’en l’absence d’un agrément, aucune activité n’est permise. Soit, pourquoi alors plus de 900 agents ont pu travailler durant trois ans, au vu et au su de tout le monde, sans que les structures concernées viennent interdire cette activité ? Il ne s’agit pas d’une seule personne qui se masquait pour accompagner des fonds dans l’illégalité, la nuit tombante.

Les agents de le KGSP portaient un uniforme, ils avaient des véhicules pour le déplacement des fonds, possédaient des talkies-walkies pour communiquer entre eux tout cela ne pouvait pas passer inaperçu. Mieux, Abdelmoumene Khalifa a créé une banque, une compagnie aérienne et bien d’autres entreprises. La banque ne doit-elle pas faire appel à des convoyeurs de fonds ? La compagnie aérienne n’a-t-elle pas besoin d’agents de sécurité ? Si la réponse affirmative est évidente et sachant que les convoyeurs de fonds portaient des uniformes au sigle d’El Khalifa Bank, pourquoi les services du ministère de l’Intérieur ne se sont pas inquiétés de cette situation, puisque ce sont eux qui délivrent l’agrément ? Une simple recherche dans les archives aurait pu mettre au jour la grande supercherie.

Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après la Tribune