ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Jean-Louis Debré en Algérie

 
La visite en Algérie de Jean-Louis Debré, le président de l’Assemblée nationale française, devrait être une occasion de relancer le projet de traité d’amitié entre Paris et Alger.
samedi 20 janvier 2007.

Jean-Louis Debré en visite en Algérie A la différence des déplacements récents de Nicolas Sarkozy et du ministre de l’Economie, Thierry Breton, le voyage de Debré a surpris les familiers du sujet « Algérie ». Le premier des législateurs de France en a fait état, voici à peine une semaine, à la faveur de ses voeux à la presse. Rien, ces dernières semaines, ne laissait présager un tel déplacement. Ni dans l’agenda prévisionnel bilatéral, ni dans les éléments de langage livrés par les officiels des deux pays. Pas plus tard que lors de son dernier briefing avec la presse algérienne, l’ambassadeur d’Algérie à Paris avait énuméré une somme de visites croisées, de responsables des deux pays. Il a évoqué celles de Sarkozy, de Breton et de Temmar (à Paris), mais sans faire état du séjour de Debré.

Premier locataire du Palais de Bourbon à prendre le chemin de l’Algérie, depuis l’indépendance, Jean-Louis Debré sacrifie à un voyage dédié officiellement à la coopération parlementaire. Fidèle parmi les fidèles de Jacques Chirac, il y arrive avec, dans son attaché-case, un message du chef de l’Elysée à Abdelaziz Bouteflika. S’agit-il, selon les usages propres aux voyages d’officiels, d’un texte de circonstance, à la teneur somme toute protocolaire ? Ou y est-il question de propositions concrètes de Chirac, au profit de la relation bilatérale à la fin de son mandat ? Le message « se rattache » à la relation bilatérale, indique, pour tout éclairage, l’entourage présidentiel. Alors que la délégation parlementaire faisait route vers l’aéroport, l’entourage de Jean-Louis Debré s’attachait à faire valoir la portée de la visite en Algérie et à la créditer d’un « intérêt politique » certain.

Tel que ressenti au Palais Bourbon, le voyage, qui survient à moins de cent jours de la présidentielle française et au soir de la 12ème législature, semble paré d’enjeux. Il fait « renaître l’espoir d’une relance du traité d’amitié », selon le correspondant parlementaire de l’AFP. A la lecture des éléments de langage qui habillent la dépêche de l’agence, Jean-Louis Debré arrive en Algérie pour une mission autre que celle, protocolaire, de la signature d’un accord-cadre de coopération entre les deux Assemblées. Tout se passe comme s’il vient, en envoyé spécial et en homme de confiance de Chirac, déblayer le terrain pour une relance du projet de traité d’amitié. Et son paraphe durant le bail en cours de l’Elysée.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran