ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Algérie : vers la grève des stations-service ?

 
La crise qui perdure en Algérie entre les exploitants libres des stations-service et Naftal ne semble pas connaître de fin et pourrait se conclure par une grève des premiers.
mardi 23 janvier 2007.

Naftal est leader de la distribution de l'essence en Algérie. Les exploitants libres de stations-service en Algérie demandent à ouvrir des négociations pour trouver une solution et adopter une formule consensuelle. Le silence du ministère semble les avoir exaspérés davantage pour ce qu’il les maintient dans « une expectative angoissante ». Lors d’une conférence de presse animée hier au siège de l’Union générale des commerçants et artisans algériens, le président de la fédération, M. Mustapha Boudjemlal, a estimé que le recours à la grève n’est que l’aboutissement des infructueuses tentatives de négociations entamées par les représentants des exploitants libres et la direction de Naftal sur un problème vieux de vingt années.

Les discussions ont notamment repris le 18 décembre dernier date à laquelle le moratoire susmentionné a été déposé. Sans résultats probants, selon le conférencier qui précise que les exploitants gèrent des stations depuis 1963. Et ont par conséquent, à ses yeux, droit de demander à améliorer leur sort à travers une nouvelle relation de travail adaptée aux temps présents. « Nous ne reconnaissons pas le contrat location-gérance imposé par Naftal, on ne l’acceptera pas, qu’elle qu’en soit sa nature », a fulminé un membre de la fédération, tout en reconnaissant que cette même entreprise a prolongé le délai du contrat pour une durée indéterminée, mais le problème de fond reste toujours posé en Algérie.

Les exploitants veulent précisément une garantie sur la durée du contrat qui les mette hors de la précarité. « Cela peut signifier l’éternité, comme il risque d’expirer dans 24 heures qui suivent sa signature », souligne M. Hamid Ayouaz, membre de la commission exécutive nationale de la fédération. Concernant la propriété des stations-service, il estimera que le dossier revêt un caractère juridique. « Il n’a jamais été question de transfert de propriété vers Naftal, il a toujours été question d’une dévolution de l’Etat accordée à Sonatrach, d’autant que Naftal est toujours une entreprise publique commerciale. »

Ayouaz rappelle qu’ils sont près de 500 exploitants en Algérie à demander que la concession soit retenue comme unique formule pouvant assurer la pérennité de cette activité. Mais cette procédure nécessite la mainlevée du président de la République. Le président de la fédération a fait état, pour signifier que la revendication rencontre des résistances, de rétention dans les approvisionnements des stations en produits pétroliers. Un débit qui se limite à 3.000 litres par jour alors que certaines stations demandent et peuvent contenir jusqu’à 30.000 litres.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran