ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et le Portugal soutiennent les sahraouis

 
Le Portugal a rejoint la position de l’Algérie à propos du conflit du Sahara Occidental en estimant important que le Maroc respecte le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.
mercredi 24 janvier 2007.

L'Algérie et le Portugal s'engagent en faveur du peuple sahraoui. Dans ce texte rendu public à l’issue de la visite du premier ministre portugais, M. José Socratès, l’Algérie et le Portugal ont « réaffirmé leur attachement à une solution juste, définitive et mutuellement acceptable du conflit dans le cadre de la légalité internationale et des résolutions pertinentes des Nations unies qui consacrent le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui ». Les deux pays ont exprimé leur « volonté de contribuer à la réalisation de cet objectif » Le président Abdelaziz Bouteflika avait saisi l’occasion du déjeuner offert en l’honneur de son hôte portugais pour lever la confusion et distinguer entre la construction du Maghreb et la décolonisation du Sahara occidental.

« Je voudrais (...) souligner l’attachement indéfectible de l’Algérie à l’idéal maghrébin en tant que choix stratégique incontournable, conforme à la fois aux profondes aspirations de tous les peuples maghrébins et à leurs intérêts les mieux compris », déclarait le président. « Mais, ajoutait-il, nous ne pouvons pas accepter quelque amalgame que ce soit entre la construction maghrébine et la question du Sahara occidental. Il s’agit là d’une question de décolonisation à parachever nécessairement au moyen du libre exercice par le peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination conformément au plan Baker et aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies. » Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole rétrocédée en 1975 par Madrid au Maroc et à la Mauritanie sans consultation des populations autochtones.

Le Front Polisario, qui avait été créé deux années auparavant avec, pour objectif, de libérer le pays de la mainmise espagnole, s’opposa par les armes aux forces marocaines et mauritaniennes, forçant Nouakchott à opérer un retrait et Rabat à négocier un accord prévoyant un cessez-le feu et l’organisation d’un référendum d’autodétermination. L’accord avec le Maroc n’a pas connu de conclusion heureuse, Rabat reniant ses engagements et ne voulant plus entendre parler du référendum d’autodétermination prévu, pourtant, dans tous les accords signés conjointement avec le Front Polisario. Rabat opte pour la politique de l’autruche, dit sa frayeur pour les référendums et sa préférence pour l’autonomie et nous annonce sa trouvaille : le Corcas, un regroupement d’individus acquis au trône à l’image des beni-oui-oui hissés au rang de notables du temps de la colonisation française.

Synthèse de Ahlem, algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant