ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La zakat en Algérie pourrait atteindre 2,5 milliards

 
Le zakat en Algérie devrait atteindre 2,5 milliards de dollars si les donneurs effectuaient le rituel religieux sur des calculs nets et précis en fonction de leurs fortunes, selon Farès Messdour, expert en zakat, accrédité auprès du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs.
mercredi 31 janvier 2007.

Le zakat en Algérie serait mal appliquée. L’expert économique a certifié qu’avec les 6 000 milliardaires que compte l’Algérie, chiffre avancé, selon lui, par des sources étrangères mais fiables, les 25 633 importateurs qui ont introduit, en l’an 2005, 8,1 milliards de dollars en produits alimentaires, 1 720,4 milliards de dinars de crédits bancaires et 3 761 milliards de dinars, recette du pays hors hydrocarbures, la zakat devrait atteindre 2,5 milliards de dollars. Dans le même ordre d’idée, le conférencier a déclaré que ladite somme devrait assurer 10 000 DA par mois à un demi-million de familles nécessiteuses, permettre la création de 27 400 postes de travail et assurer 13 700 crédits d’une valeur de 300 000 DA.

Or, chiffres à l’appui, enchaîne Messdour, Alger a enregistré seulement 1 700 milliards de centimes, Oran 90 milliards de centimes, et Constantine 50 milliards de centimes, « des chiffres ne reflétant guère la réalité ». Par ailleurs, le même intervenant a assuré que la création d’un lien de confiance entre les personnes devant accomplir le versement de la zakat et le fonds de la zakat, la vulgarisation du rôle de ladite instance, notamment la mise en avant de ces bienfaits sociaux et économiques, et la création d’un office national de la zakat, une instance indépendante, avec ses lois, gérant les bureaux locaux des 48 wilayas d’Algérie permettraient de concrétiser les objectifs pour lesquels le fonds de la zakat a été créé.

Dans cette perspective, l’orateur a énoncé l’évolution de la zakat en Algérie depuis 2003, date de la création du fonds, précisant qu’elle est passée de 50 millions de dinars en 2003 à 500 millions en 2006. Les crédits financés par le fonds sont, quant à eux, passés de 234 projets en 2003 à 1 200 en 2006. D’autre part, l’économiste a insisté sur la nécessité d’élaborer un programme informatique Intranet, permettant de créer une banque de données sur les ayants droit à la zakat, ainsi que les donneurs à travers les 48 wilayas, une démarche visant à détourner toute forme de fraude, mais aussi à effectuer les versements aux nécessiteux sur leurs comptes bancaires directement.

Synthèse de Samir, algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant