ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’ANP décapite le GSPC

 
Sur les sept terroristes abattus entre jeudi et samedi derniers par les forces de sécurité qui mènent une vaste opération de ratissage, déclenchée au lendemain de l’assassinat de douze militaires, le 2 juin passé, cinq ont été identifiés au niveau de la morgue de l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa.
lundi 21 juin 2004.

Parmi les sanguinaires identifiés figure en première position le sinistre Nabil Sahraoui, alias Abou Ibrahim Mustapha, l’“émir” national du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) qui a remplacé son prédécesseur Hassan Hattab qu’on dit gravement malade. Selon une source sécuritaire, ce sont des membres de sa famille, dont sa mère et son frère, ramenés de Batna par les services de sécurité, qui ont pu reconnaître le visage impitoyable de ce chef terroriste, originaire de Constantine.

Les témoignages de l’un des repentis enrôlés pour la circonstance confirment également la véracité de l’information. Le même repenti affirme avoir connu parfaitement Nabil Sahraoui du fait qu’il était l’un de ses acolytes pendant plus de sept ans au maquis. Le bras droit de Sahraoui, un certain Abi Abdelaziz, connu sous le sobriquet de Okacha le Para, fait partie aussi de ces terroristes éliminés.

Natif de Bab El-Oued, l’adjoint de Sahraoui a été abattu vendredi dernier en compagnie de son chef, lors de l’assaut donné par les éléments de l’ANP contre le nouveau quartier général (QG) du GSPC, sis à Bourbaâtache, un hameau abandonné situé dans le massif forestier surplombant la ville d’El-Kseur.
Après sa radiation en 1989 du corps de l’ANP pour insubordination, ce désormais ex-numéro 2 du GSPC avait rejoint au début des années 90 le maquis sous la bannière du MIA (Mouvement islamique armé), bras armé du FIS-dissous. Le troisième terroriste identifié s’appelle Mourad Khettab, un autre guide de Sahraoui, nommé par celui-ci comme le responsable de la cellule de communication du GSPC. Il est chargé de recueillir toutes les informations jugées utiles, notamment celles liées aux déplacements des forces de sécurité, pour les transmettre sous forme de synthèse à son chef.

Les recherches effectuées par les services de sécurité ont également abouti à identifier le sieur Abdelmalek Droukdal, un spécialiste des attentats à la bombe (véhicules piégés...), chargé de l’explosif, il assure aussi la mission de coordinateur entre les “émirs” des différentes phalanges du GSPC. Quant au dernier élément reconnu, il s’agit d’un islamiste tunisien appelé Mounir Tounsi (voir encadré). En outre, l’offensive des forces combinées dans les maquis de la région d’Adekar a permis également la récupération de sept armes de guerre : 4 kalachnikovs, 1 pistolet automatique (PA), 1 fusil séminov et 1 arme collective appelée AM100.

Par ailleurs, il y a lieu de signaler la mort d’un élément de l’ANP, un sergent -chef, tombé au cours de l’accrochage ayant suivi l’assaut mené à Bourbaâtache. Notons enfin que cette opération de grande envergure à laquelle participent des milliers de soldats, se poursuit toujours dans ces forêts denses qui s’étalent de l’Akfadou jusqu’à Béni-K’sila. Elle est minutieusement supervisée par le général Saïd Bey, chef de la 5e Région militaire, secondé par son adjoint, en l’occurrence le général Belkasmi. Le seul objectif de ce ratissage : nettoyer cette zone montagneuse, longtemps infectée par la horde terroriste du GSPC.

Un Tunisien parmi les terroristes abattus

Parmi les sept terroristes abattus le week-end dernier par les forces de sécurité à Bourbaâtache sur les monts d’El-Kseur, figure un élément de nationalité tunisienne. Il s’agit du surnommé Mounir Tounsi, l’un des militants islamistes tunisiens qui se sont portés volontaires pour le djihad, après l’avènement du terrorisme en Algérie. Il faisait partie du réseau de l’internationale islamiste qui envoyait de jeunes militants dans les maquis pour des entraînements.
Selon une source sécuritaire, cet adepte de l’intégrisme islamiste avait rejoint les rangs du GSPC après avoir été au sein de l’AIS.

Communiqué de l’état-major de l’ANP

Les unités de l’Armée nationale populaire, engagées dans une vaste opération antiterroriste dans la région d’El-Kseur (wilaya de Béjaïa), ont abattu de nombreux criminels. Parmi ces terroristes figurent le criminel Sahraoui Nabil, alias Mustapha Abou Ibrahim, chef du groupe terroriste connu sous l’appellation du GSPC, ainsi que ses principaux adjoints dont Abbi Abdelaziz, alias Okacha El-Para, Khatab Mourad, alias Abdelber Abou Omar, Droukdel Abdelmalek, alias Abou Mossab Abdelouadoud. Des armes, des munitions et des documents ont été récupérés au cours de ces opérations qui se poursuivent toujours.

Par Kamel Ouhnia, Liberté