ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie préfère attendre l’après présidentielle française

 
La reprise des négociations entre l’Algérie et la France en vue de la signature d’un traité d’amitié ne devrait intervenir qu’après l’élection présidentielle française.
mardi 6 février 2007.

Jacques Chirac n'aura pas réussi à concrétiser le traité d'amitié entre la France et l'Algérie. Selon nos informations, le ministre des Affaires étrangères Mohamed Bedjaoui est attendu le 20 février à Paris pour une visite de travail. M. Bedjaoui répond à une invitation de son homologue français, Philippe Douste-Blazy. Depuis la visite mouvementée du chef de la diplomatie française en Algérie en avril 2006, c’est la première fois que les deux hommes se rencontrent pour un rendez-vous bilatéral. Jusqu’à présent, ils se sont seulement croisés à l’occasion de rendez-vous internationaux.

La dernière visite à Alger du chef de la diplomatie française s’était en effet mal passée : Mohamed Bedjaoui avait notamment publiquement critiqué la loi française sur la colonisation et annoncé le report sine die de la signature du Traité d’amitié. A Paris, comme à Alger, la visite avait été qualifiée d’échec. Mais, en novembre dernier, un déplacement très médiatique du ministre de l’Intérieur et candidat de la droite à la présidentielle, Nicolas Sarkozy, et l’annonce de mesures d’assouplissement concernant le dossier des visas avaient contribué à détendre l’atmosphère entre l’Algérie et la France.

Autre élément qui a fortement favorisé cet apaisement : l’approche de la présidentielle française. Les Algériens le savent : la persistance de la polémique avec la France autour d’un sujet aussi sensible que la colonisation ne peut que profiter à l’extrême droite française et mettre dans l’embarras les candidats des deux grands partis républicains, l’Union pour un mouvement populaire (UMP, droite) et le Parti socialiste (PS, gauche). Or, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal se sont engagés, s’ils sont élus, à relancer les relations bilatérales : le premier, en novembre dernier lors d’une visite à Alger, et la seconde, dimanche dernier via un message transmis par son conseiller Jack Lang au cours d’une visite à Alger.

Synthèse de Rayane, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran