ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie s’explique

 
L’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie, Abdelwahab Keramane, affirme que le ministre des Finances était le seul habilité à déposer plainte contre la banque Khalifa.
jeudi 8 février 2007.

Abdelwahab Keramane, l'ex-gouverneur de la Banque d'Algérie A la question d’El Khabar sur les raisons qui font que les instances de supervision et de contrôle n’ont pas pu déceler des anomalies dans la gestion de la banque El Khalifa, l’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie répond : « Toutes les banques font l’objet d’un contrôle régulier effectué sur la base des rapports périodiques qu’elles sont tenues de fournir. La Commission Bancaire reçoit, outre ces informations régulières, les rapports des inspections effectuées par l’Inspection Générale de la Banque d’Algérie, ce qui lui permet d’assurer le suivi des banques. Cette mission de surveillance des banques s’accomplit de façon continue, les quatre membres de la Commission Bancaire (le Coordonnateur) assurant à tour de rôle pendant un trimestre la présidence des réunions de travail ; lorsque les dossiers sont prêts pour examen, les séances sont présidées par le Gouverneur ou le vice-gouverneur, une séance pouvant d’ailleurs durer au-delà d’un jour. »

Il ajoute : « Parce qu’elle se développait plus vite que les autres banques privées, Khalifa Bank a été inspectée plus que toutes les autres banques. Ces inspections ont permis de mettre en évidence des anomalies, c’est-à-dire des manquements à l’observation de la loi bancaire, pour Khalifa Bank comme pour les autres banques. Ainsi, lors de sa réunion de travail tenue les 18 et 19 avril 2001, la Commission Bancaire a procédé à « l’examen des inventaires des anomalies constatées au niveau des banques et susceptibles d’être qualifiées d’infractions » ; ces inventaires ont été établis pour une dizaine de banques publiques ou privées, dont Khalifa Bank. Toutes les anomalies et autres observations des rapports d’inspections reprises par la Chambre d’accusation étaient connues de la Commission Bancaire. »

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après El Khabar