ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La Kabylie ne cède pas à la terreur

 
Malgré les récents attentats terroristes en Kabylie, la population locale, inquiète certes, ne veut pas céder aux semeurs de la terreur et continue de vivre sereinement mais avec vigilance.
samedi 17 février 2007.

Les terroristes veulent terroriser la Kabylie. Certes, un certain redéploiement des forces de l’ordre est perceptible et de grosses opérations de recherches ont été entamées dès la journée du côté d’Aïn El Hammam alors que les massifs forestiers de Kabylie sont sous haute surveillance depuis longtemps déjà. Après un intense bombardement des régions suspectées d’abriter un groupe terroriste, le ratissage s’est poursuivi pour passer au peigne fin la région. Aucun bilan n’a été rendu public, mais il y a lieu de souligner que désormais, la vigilance est de mise aussi bien dans la ville de Tizi Ouzou, que dans les villes de l’intérieur.

Cette vigilance a d’ailleurs porté ses fruits puisque dans la nuit de mercredi à jeudi, et aux environs de 22h, un commerçant du boulevard Krim Belkacem, a remarqué, une voiture de marque Renault Clio, stationnée devant sa boutique. La voiture paraissait en effet très suspecte. Aussitôt alertée, la BMPJ s’était rendue sur place. Les artificiers de la police ont réussi à désamorcer l’engin. Selon des sources, la voiture était bourrée d’explosifs et pouvait si elle avait explosé faire encore plus de dégâts et certainement des victimes dans cette rue assez peuplée. Du côté de Tirmitine, c’est un jeune boulanger qui a eu la surprise de sa vie.

En effet, alors qu’il sortait de la boulangerie pour se rendre chez lui, notre jeune homme a rencontré des gens étrangers et selon lui armés. Ces derniers circulant à bord d’une voiture l’ont interpellé et vérifié ses papiers avant que de lui demander de vite rentrer chez lui. Si dans les villes les gens ne traînent plus dans les quartiers, mis à part quelques jeunes gens qui s’attardent un peu devant le pas de porte de leurs domiciles, les autres personnes et surtout les adultes rentrent plus tôt que d’habitude chez eux. Dans les villages, l’habitude étant une seconde nature, les jeunes gens sont dans les djemaâs jusqu’à une heure tardive de la nuit.

Malgré cette peur et cette angoisse et devant le déploiement des forces de l’ordre, les citoyens reprennent confiance même si cela ne les empêche pas de faire acte de vigilance. Tizi Ouzou a renoué doucement avec les précautions et devant les institutions, on remarque que les agents de sécurité se font plus vigilants. Dans les cafés, les langues commencent à se délier, on parle des derniers attentats et on se perd en hypothèses, chacun y va de son analyse et de ses informations. On dit que, on prétend que, et la nave va. Certes, le traumatisme est grand et les derniers actes terroristes ont laissé des traces indélébiles chez les gens mais la vie doit continuer, comme diront ces montagnards descendus à Tizi Ouzou ce jeudi, pour leurs emplettes.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après L’Expression