ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie, une démocratie vivante

 
A l’occasion de sa visite en Algérie, Hans-Joachim Otto, président de la délégation de la commission culture et médias du Bundestag, a salué les avancées démocratiques dans notre pays.
dimanche 18 février 2007.

Hans-Joachim Otto en visite en Algérie. A la question du journaliste de Liberté sur les raison du choix de l’Algérie pour sa visite, Hans-Joachim Otto a affirmé : « Nous avons choisi l’Algérie. C’était souhaité par le ministère des Affaires étrangères en Allemagne parce que nous avons depuis des décennies de bonnes relations avec l’Algérie, que nous pouvons encore approfondir dans le domaine de la coopération culturelle. Dans ce domaine nous avons encore besoin de rattrapage. »

Il a ajouté : « Nous avons tous les ans deux voyages à l’étranger. Lorsque nous choisissons les pays, cela dépend aussi du besoin de rattrapage que nous constatons. En Algérie, il y a eu un affaiblissement des liens culturels pendant les dernières années. Nous avons constaté un certain besoin de rattrapage. Il est absolument nécessaire d’améliorer nos relations culturelles pour les mettre au niveau qui correspond aux relations entre nos deux États. À l’image des bonnes relations et de la coopération amicale que nous avons. »

A la question de savoir comment est vue l’Algérie à partie de l’Allemagne, Hans-Joachim Otto a précisé : « En Allemagne, nous avons un nombre croissant de musulmans et nous essayons de mener avec eux un dialogue culturel et religieux. Je peux vous dire qu’au cours des dernières années, la chose n’est pas devenue plus facile. Nous constatons que l’Algérie est un rare exemple, de ce point de vue, à avoir réussi à repousser les extrémistes et à créer une situation où un islam plus tolérant a pu l’emporter. Nous espérons que c’est quelque chose de durable. Il y a des millions de musulmans en Allemagne, pas d’origine algérienne, et leur nombre ne cesse de croître. C’est cette actualité qui se pose à nous et nous sommes convaincus que cela vaut la peine de regarder l’exemple de l’Algérie pour voir comment après dix ans de guerre civile, on a réussi à faire de la place pour un islam plus modéré et plus tolérant. »

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après Liberté