ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La gestion des villes en Algérie

 
La question de la gestion des villes d’Algérie est semble-t-il devenue une préoccupation importante pour le gouvernement qui en appelle aux experts pour définir une stratégie nationale.
dimanche 18 février 2007.

Alger - Algérie Cependant, aucune politique n’a pu être adaptée face à la situation dégradante dans laquelle continuent de se développer nos villes et nos infrastructures de base censées, de l’avis des experts, répondre au développement immédiat de villes en Algérie. Toutes les politiques élaborées demeurent « pratiquement au stade de discussions et de réflexions hâtives n’ayant aucun but précis ». C’est ce qui ressort du débat animé hier par des experts, chercheurs et représentants du ministère délégué chargé de la Ville, réunis au forum d’El Moudjahid. Une rencontre à laquelle, faut-il le souligner, n’était pas présent le premier responsable du secteur, en l’occurrence le ministre délégué chargé de la Ville, M. Abderrachid Boukerzaza. Les experts de son département ministériel se sont longuement attardés sur la méthodologie de la gestion des villes sans toutefois proposer des solutions concrètes avec des projets précis.

Pour M. Boumaâza, expert et chercheur à l’université de Grenoble, les villes algériennes sont confrontées à « une multitude de comportements, notamment économique, administratif » et surtout, a-t-il insisté, « citoyen ». Il a soulevé qu’il n’y a pas de coordination entre le ministère, le wali, le chef de daïra et le président de l’APC. C’est de là, c’est-à-dire de l’instauration d’une sensibilisation citoyenne, que tout doit être planifié avant de se lancer dans la préparation de projets. Pour la plupart des participants, le débat est beaucoup plus théorique et ne reflète en aucun cas la réalité du terrain. Les participants ont, d’ailleurs, exposé la complexité de la gestion des villes algériennes et l’absence de concertation entre les autorités de différentes hiérarchies avec la société civile. De leur côté, les experts s’accordent à dire que la politique de la ville est beaucoup plus l’affaire des citoyens et celle de l’administration.

C’est pourquoi le forum s’est tenu sous le thème « Organisation de la cité en tant qu’entité administrative et politique ». Les animateurs du forum ont accordé, par ailleurs, une importance particulière à une gestion participative qui oblige l’ensemble des intervenants à contribuer à toutes les actions entreprises dans le sens du développement adéquat des cités et des quartiers de la ville. Les experts ont également évoqué les aspects liés à l’aménagement d’espaces verts et d’aires de jeux et au développement des pôles économiques dans les villes d’Algérie. Mais il reste à savoir comment atteindre ces objectifs en l’absence d’une concertation et d’une décision politique, alors que dans des pays d’outre-mer, à l’exemple de la France, on parle déjà du contrat de ville qui implique concrètement le citoyen en tant qu’élément principal doté de moyens efficaces et rassurants.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant