ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie soutient l’Union maghrébine des employeurs

 
L’Algérie s’est engagée en faveur de l’Union maghrébine des employeurs créé à Marrakech au Maroc et dont la présidence sera assurée par le tunisien Hadi Djilali.
lundi 19 février 2007.

L'Algérie oeuvre en faveur de l'UMA. Sa raison d’être, à en croire ses concepteurs, « est de promouvoir les opportunités d’investissement et de partenariat économique entre les hommes d’affaires de l’UMA. » La triste histoire de cette institution arabe, handicapée de naissance, nous apprend qu’elle est toujours ce bateau sur cale dont le démarrage est hautement conditionné. Tout au long des ses quatorze ans d’existence, l’UMA n’a été capable ni d’aider ces principaux membres, le Maroc et l’Algérie pour ne pas les nommer, à résoudre le problème qui les oppose depuis la fin de 1974, attisé par un clash entre l’ego des deux présidents, Hassan II et Houari Boumediene, ni de faire avec.

Alors elle persévère dans son être et fait semblant d’exister. Aujourd’hui, on s’interroge si la création de l’UME est réellement apparue aux yeux de ses fondateurs comme la solution idoine ou uniquement un corollaire inéluctable après l’échec total du volet politique. La seconde suggestion est, apparemment, la plus appropriée. L’Union des employeurs, faut-il le préciser, a été créée par les présidents des Confédérations des entreprises de l’Algérie (Boualam M’rakach), de Tunisie (Hadi Djilali), du Maroc (Moulay Hafid Alami),de Libye (Chabbane Brahim El Mounastir) et de Mauritanie (Mohamed Lafdal Ould Batah).

Lors de cette assemblée, qui a eu lieu à Marrakech, le Royaume chérifien, la Mauritanie ainsi que la Tunisie ont été représentées par des ministres tandis que l’Algérie et la Libye ont délégué des diplomates en poste à Rabat. La création de l’UME sera-t-elle le déclic qui mettra sur les rails une UMA déjà mal nommée et mal constituée ? La création de l’UME, ont souligné ses fondateurs, s’inscrit dans le cadre de la volonté de « promouvoir le rôle de l’UMA, ainsi que le raffermissement du partenariat à l’échelle méditerranéenne et internationale. » Mais aussi, « l’intégration économique dans le Maghreb », ont-ils ajouté.

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression