ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’OTAN veut rassurer l’Algérie

 
La coopération entre l’OTAN et l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme semble être au coeur de la visite à Alger du général Raymond Henault, président du Comité militaire de l’OTAN.
samedi 10 mars 2007.

L'OTAN et l'Algérie coopère dans la lutte contre le terrorisme. "Il y a beaucoup d’avantages pour l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique-Nord) à poursuivre sa collaboration avec l’Algérie car sa lutte contre le terrorisme est reconnue au niveau mondial", a déclaré le général Henault, lors d’une point de presse. L’Algérie est l’un des pays “les plus actifs” dans le Dialogue méditerranéen, notamment dans la lutte antiterroriste, a précisé le responsable de l’OTAN ajoutant qu’Alger participe “activement” dans les programmes de l’Alliance nord-Atlantique, notamment dans le programme Endeavour de lutte antiterroriste. L’opération “Active Endeavour” (engagement actif) vise depuis l’attaque du 11 septembre 2001 à déjouer une agression terroriste en Méditerranée.

Depuis 2001, plus de 1 200 hommes coordonnés par l’OTAN à bord de frégates, de sous-marins et d’appareils de reconnaissance mis à sa disposition par les pays membres patrouillent chaque jour dans toute la Méditerranée pour déjouer une attaque terroriste. En cinq ans, 83 000 navires ont été contrôlés et plus de 100 inspectés en haute mer. Les succès du dispositif est classé “secret défense”, mais a été tel que de nombreux pays non membres de l’Alliance coopèrent au sein ou avec le dispositif comme l’Algérie, la Russie, l’Ukraine, l’Albanie et le Maroc. Le général Henault a souligné que l’OTAN travaille “étroitement” avec l’Algérie pour “améliorer l’échange d’informations et de renseignements”. Le président du Comité militaire de l’Alliance a relevé que l’Algérie possède “des capacités et connaissances opérationnelles qui peuvent aider tous les pays de l’OTAN, y compris ceux du Dialogue méditerranéen à mieux faire face aux défis du terrorisme”.

Le général Henault a également indiqué que les entretiens qu’il a eus avec les hauts responsables politiques et militaires algériens lui avaient permis de s’“informer sur les inquiétudes et les objectifs des Algériens, d’un point de vue militaire et politique, dans le cadre du Dialogue méditerranéen”. Le “dialogue méditerranéen” de l’OTAN est un programme de coopération mis en place en 1995 avec sept pays de la Méditerranée : Égypte, Israël, Jordanie, Maroc, Mauritanie Tunisie et Algérie qui l’a rejoint en 2000. Relevant l’importance de la sécurité et de la souveraineté de l’Algérie, le général Henault a ajouté que l’OTAN, “est consciente du désir de ce pays, quant à souveraineté, comme cela a été soulevé très clairement”. La lutte antiterroriste reste un des domaines prioritaires de coopération entre l’Algérie et l’OTAN qui partagent des intérêts de sécurité communs au regard du terrorisme, mais l’Algérie n’est pas prête à s’impliquer dans une démarche susceptible de remettre en cause sa souveraineté. C’est en clair le message délivré par les responsables militaires et politiques algériens lors de leurs différents entretiens avec l’émissaire de l’Alliance.

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après Liberté