ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et l’Espagne discutent sur le Sahara Occidental

 
A l’occasion de sa visite en Algérie, le roi d’Espagne a abordé la question du Sahara Occidental avec le président Abdelaziz Bouteflika.
samedi 17 mars 2007.

Le roi d'Espagne en visite en Algérie. Le souverain espagnol en visite en Algérie, qui est notamment accompagné du ministre des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos, a souligné, lors du repas offert en son honneur par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, l’urgence d’une solution politique "juste" et "durable" pour le Sahara-Occidental, qui prévoirait la libre détermination de son peuple. "Il est urgent, comme l’a récemment souligné mon gouvernement, de trouver une solution politique juste, durable et acceptable par les parties sur la question du Sahara-Occidental, une solution prévoyant la libre détermination de ce peuple et passant par un dialogue des parties dans le cadre des Nations unies", a affirmé Juan Carlos.

Sur ce thème, le président algérien a estimé pour sa part, dans une interview au quotidien espagnol "El Pais" paru mardi, qu’"aucune solution unilatérale ne peut être viable" dans le règlement de la question du Sahara-Occidental. "Seule la reconnaissance du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination est de nature à résoudre le problème" qui oppose le Polisario et le Maroc, a-t-il relevé, ajoutant qu’"aucune solution unilatérale ne peut être viable". Au nom de l’Algérie, il a plaidé, dans ce contexte, pour "une solution pacifique par l’organisation sous l’égide de l’ONU d’un référendum d’autodétermination" du peuple sahraoui.

Le président Bouteflika a encore assuré que la question du Sahara-Occidental "ne peut constituer un casus belli entre l’Algérie et le Maroc", soutenant que les Espagnols "ont tout à gagner à assumer leur responsabilité morale et historique" sur cette question. Le royaume du Maroc s’apprête à présenter au Conseil de sécurité de l’ONU son "projet d’autonomie" du Sahara-Occidental. Un plan que les Sahraouis ont rejeté, alors qu’Alger plaide toujours pour l’autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux résolutions internationales.

Synthèse de Samir
D’après AP