ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie réclame l’extradition de Rafik Khalifa

 
Condamné à la prison à vie en Algérie, Rafik Khalifa a fait l’objet d’une demande d’extradition du gouvernement algérien auprès des autorités britanniques.
vendredi 23 mars 2007.

Rafik Khalifa - Algérie Principal accusé de ce procès, où plus d’une centaine de personnes étaient jugées depuis le 8 janvier, dont ses principaux collaborateurs, Khalifa a été reconnu coupable d’association de malfaiteurs, de corruption, d’abus de confiance, de faux et d’escroquerie.

L’Algérie a réclamé son extradition à la Grande-Bretagne, où l’homme d’affaires âgé de 40 ans est réfugié depuis quatre ans et où il a été interpellé au début du mois pour "blanchiment d’argent" avant d’être remis en liberté sous caution.

Khalifa s’est déclaré prêt à être traduit devant la justice britannique et à être interrogé en Grande-Bretagne par des magistrats algériens, mais il rejette les accusations portés contre lui au procès de Blida.

L’Algérie, qui a signé en 2006 un accord d’extradition avec la Grande-Bretagne, a présenté le cas Khalifa comme un test pour les relations bilatérales entre Londres et Alger.

"Il ne peut y avoir de coopération sérieuse entre l’Algérie et la Grande-Bretagne si celle-ci ne peut régler un dossier criminel comme celui de l’extradition d’Abdelamounène Khalifa", estimait au début du mois le ministre algérien de l’Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni.

Synthèse de Samir
D’après Reuters