ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie est un partenaire sérieux pour les Etats-Unis

 
L’Algérie est un partenaire sérieux et de plus en plus important pour les Etats-Unis selon le ministre des affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui.
lundi 26 mars 2007.

Les Etats-Unis, premier client de l'Algérie Le chef de la diplomatie algérienne est allé aux Etats-Unis pour faire connaître, sinon réitérer les positions de l’Algérie sur des questions régionales et internationales. L’accent est mis aussi sur la nécessité de donner un coup d’accélérateur aux rapports algéro-américains : économiques, politiques et militaires. Pour lui, on le sait, les contingents étrangers n’ont pas de place sur le sol algérien. Première mise au point décochée afin de couper court à des spéculations qui n’ont que trop duré, ayant trait à l’installation d’une base militaire US en Algérie.

En revanche, une alliance se précise à l’horizon autour de l’idée d’accorder les violons dans le cadre d’un commandement unifié des Etats-Unis en Afrique, mais pas en Algérie. Clair, net et précis. Le ministre a insisté sur l’importance de cette coopération militaire, notamment pour la lutte contre le terrorisme et la formation des officiers. Précisions : l’Algérie n’est nullement repliée sur elle-même. Notre pays « développe, et continuera à développer et à approfondir autant qu’il le faudra sa coopération militaire et sécuritaire avec les Etats-Unis et tout autre pays qui pourrait contribuer à mettre en échec le terrorisme ».

Economiquement parlant, les 15 milliards de dollars d’échanges commerciaux font des USA le premier client de l’Algérie. Cette « dynamique nouvelle » exclut un investissement direct US hors hydrocarbures qui, bon gré, mal gré, demeure incontestablement le maillon faible de la chaîne. Le volume des investissements américains en Algérie, excepté le domaine des hydrocarbures, reste encore insignifiant. Par ailleurs, Mohamed Bedjaoui se dit convaincu que « nos relations évoluent dans le bon sens au bénéfice de nos deux pays, de nos deux peuples et de nos deux économies, même s’il reste des lacunes à combler pour donner toute la mesure au développement de nos potentialités d’échange ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après L’Expression