ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La gestion des espaces verts en Algérie

 
La gestion des espaces verts en Algérie a été le thème d’une conférence de presse animée par le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Chérif Rahmani.
lundi 2 avril 2007.

L'Algérie veut améliorer la gestion des espaces verts. La rencontre, qui intervient quelques jours après l’adoption, le 27 mars, d’un projet de loi relatif à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts par l’Assemblée populaire nationale a été une occasion pour le premier responsable du secteur d’expliquer les différents alinéas du texte. À ce titre, M. Rahmani soulignera l’importance de ce texte pour la préservation de la santé et le maintien de l’équilibre écologique et climatique en Algérie. "Nous serons 14 millions d’habitants dans les villes d’ici l’horizon 2025 ; c’est pourquoi il est important de penser à un meilleur développement pour nos villes qui connaissent un élargissement dans la construction. Il est à la fois question de sensibiliser le citoyen et les pouvoirs publics de la nécessité de préserver les espaces verts", dira le ministre.

La loi vise, selon M. Rahmani, la définition des règles de gestion, de protection et de développement des espaces verts avec, pour objectif, l’amélioration du cadre de vie urbain, l’entretien, l’amélioration et le développement de la qualité des espaces verts. “Ce projet de loi de 42 articles catégorise les espaces verts, identifie les obligations de leur classement et les autorités de gestion et fixe les descriptions de préservation. Il prend également en charge la gestion et le développement des espaces verts en Algérie et institue des normes et des coefficients d’espaces verts par villes, par ensembles urbains et pour les habitations particulières.” Alors que les normes situent la part de chaque citoyen à 10 m2 allant jusqu’à 1 hectare dans certains pays, le citoyen algérien n’a droit qu’à 1m2. Un état des lieux qui poussera le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement à pointer du doigt les constructeurs publics privés qui ne prennent pas en considération le besoin des espaces verts. Il précisera qu’il est plus qu’urgent que ces promoteurs intègrent dans leurs projets de construction la promotion et l’élargissement des espaces verts.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après Liberté