ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La formation professionnelle en Algérie en débat

 
L’Algérie va se doter d’un observatoire national de la formation et de l’enseignement professionnels annonce le ministre El Hadi Khaldi.
lundi 9 avril 2007.

Un observatoire pour la formation professionnelle en Algérie L’observatoire en question est considéré comme un instrument de contrôle et de réglementation de la politique de formation. Abordant les principaux axes du programme de réforme globale du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels, M.Khaldi a souligné la possibilité d’acquérir et de rénover 1528 équipements pédagogiques, d’augmenter la capacité d’accueil des établissements de formation professionnelle en Algérie à 487.249 stagiaires répartis sur tous les niveaux et types de formation, notamment l’apprentissage, et le nombre des établissements de formation à 900 contre 325 seulement en 1999, outre la révision de la nomenclature des spécialités et filières professionnelles.

A la faveur de cette nouvelle nomenclature, le nombre des stagiaires a enregistré une hausse de 31% dans le secteur de l’agriculture, 35% dans celui de la pêche, 27% dans celui des BTP et 26% dans le domaine de la protection de l’environnement. Cependant, le nombre des stagiaires en formation professionnelle en Algérie a enregistré une baisse dans le secteur des métiers de l’artisanat, soit 13% dans les métiers des techniques administratives et de gestion, 10,5% dans le domaine des arts graphiques. L’enjeu est grand, l’un des plus grands défis qu’affronte aujourd’hui l’Algérie, selon les experts, consiste à accroître la compétitivité de son économie, et à augmenter l’employabilité de sa population active par la recherche d’une plus grande adéquation formation-emploi en vue de lutter contre le chômage en ramenant à des proportions économiquement, politiquement et socialement supportables.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression