ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie se dote d’une école des technologies spatiales

 
La création en Algérie d’une école des technologies spaciales vise à développer le secteur et à encourager les recherches dans ce domaine stratégique.
mardi 10 avril 2007.

L'Algérie veut se développer dans le secteur spatial. Cinq spécialités ont été retenues pour cette école, à savoir celles de l’optique spatiale et mécanique de précision qui sera domiciliée à l’université Ferhat Abbas de Sétif, l’informatique spatiale et logiciels embarqués à l’université Aboubakr Belkaïd de Tlemcen, l’instrumentation spatiale à l’université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d’Oran, le traitement d’images et systèmes d’information géographique à l’université des sciences et des technologies Houari Boumédiène et enfin la spécialité télécommunications spatiales à l’université Bachir Mentouri de Constantine (Est de l’Algérie).

L’école des technologies spaciales créé en Algérie, qui sera opérationnelle l’année universitaire 2007-2008, se chargera de la formation d’un personnel de haut niveau qui renforcera la concrétisation du Programme spatial national (PSN) 2006-2020, doté d’une enveloppe budgétaire de 80 milliards de dinars. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, a affirmé à cette occasion que la formation et la recherche scientifique et technologique constituent « le levier principal du développement durable du pays et le PSN est l’un des principaux instruments qui permettent de relever ce défi ».

Le directeur général de l’Agence spatiale algérienne (ASAL), M. Azzeddine Oussedik, a souligné, de son côté, que « la formation des compétences de haut niveau et le développement des projets de recherche dans les domaines liés aux technologies et applications spatiales constituent des axes centraux du programme spatial de l’Algérie 2006-2020 ». « Les projets retenus dans le cadre de ce programme ne peuvent connaître un succès réel et un impact sur le développement durable national s’ils ne sont pas menés et réalisés par des experts et des cadres ayant les qualifications requises », note-t-il. Et d’ajouter que c’est « dans cette optique que cette école a été perçue par un groupe d’experts et qui viendra mobiliser la communauté scientifique nationale autour du développement du programme spatial national ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran