ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie touchée au coeur

 
La capitale de l’Algérie, Alger, a été sécouée par deux attentats à la bombe qui auraient fait au moins 17 morts et 80 blessés selon l’APS.
mercredi 11 avril 2007.

L'Algérie endeuillée par deux attentats à la bombe Neuf personnes ont été tuées et 32 autres ont été blessées dans cet attentat contre le Palais du gouvernement, ajoute l’agence. L’autre explosion, dans le quartier de Bab Ezzouar, un faubourg est de la capitale de l’Algérie, a fait huit morts et 50 blessés. De source policière, on a précisé que l’attentat contre le Palais du gouvernement était l’oeuvre d’un kamikaze.

Plusieurs ambulances ont été dépêchées dans ce quartier résidentiel, où des milliers de personnes sont descendues dans les rues. Belkhadem, qui est indemne, a qualifié l’attentat d’acte "criminel et lâche", poursuit l’agence APS. L’explosion a laissé un trou béant dans la façade du bâtiment gouvernemental, qui compte six étages, et a endommagé les immeubles alentours.

"Au début, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un séisme", a déclaré l’avocat Tahar bin Taleb. "Ma femme m’a appelé peu après en criant et en pleurant. J’ai couru chez moi où j’ai trouvé tous les carreaux et tous les miroirs brisés." Ces attentats sont les premiers dans le centre d’Alger depuis plusieurs années.

On assiste à un regain de violence en Algérie depuis que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) s’est rebaptisé en janvier Organisation Al Qaïda au Maghreb islamique, annonçant par la même occasion un renforcement de ses liens avec la nébuleuse islamiste internationale. Ce mouvement a récemment revendiqué de nombreux attentats en Algérie, où ses combattants ont affronté plusieurs fois les forces de sécurité.

Synthèse de Souad
D’après Reuters