ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et le Maroc en état d’alerte

 
Les attentats suicide qui ont sécoué l’Algérie et le Maroc ont poussé les services de sécurité des deux pays à renforcer les mesures de sécurité.
lundi 16 avril 2007.

Alerte rouge en Algérie et au Maroc Un degré de plus dans la violence au Maghreb : deux kamikazes marocains se sont fait exploser, hier samedi, près du consulat général des Etats-Unis à Casablanca, blessant une passante. Cet attentat suicidaire a coïncidé avec la mise en garde de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie contre de nouveaux attentats, trois jours seulement après des attaques terroristes qui ont fait 33 morts à Alger et qui visaient le Palais du gouvernement et un commissariat à Bab Ezzouar. A Alger, c’est le symbole du pouvoir central qui a été la cible et à Casablanca, ce sont les intérêts américains qui sont dans le collimateur des terroristes, désormais placés sous la coupe d’Al Qaîda. L’organisation d’Oussama Ben Laden recrute ses kamikazes dans les bidonvilles, et cela veut tout dire.

Ces recrues, vendeurs à la sauvette à Bachdjarah comme Oudina Merouane, accro à l’alcool et trafiquant de drogue et multirécidiviste, vivent dans les bidonvilles situés à la périphérie des grandes villes comme Alger ou Casablanca. C’est également dans le bidonville de Sidi Moumen, dans la périphérie de Casablanca au Maroc, que les services de sécurité ont arrêté, dans la journée d’hier, le chef du groupe responsable des explosions du 11 mars dans un cybercafé et du 10 avril. « Les premiers éléments de l’enquête sur ce criminel, a annoncé la police criminelle, mais dont l’identité n’a pas été révélée, ont permis l’arrestation, notamment de son adjoint et la découverte de planques et de caches où les terroristes fabriquaient des explosifs. » Ils ont permis également l’identification du reste des membres de toute la bande, qui sont activement recherchés.

Cette situation de désespérance, qui est mise à profit par Al Qaîda, explique le mode opératoire qui est choisi : celui des bombes humaines. Quelque part, c’est un aveu de faiblesse de la part des groupes terroristes que de recourir à la méthode des attentats suicide, mais en même temps, ce nouveau mode opératoire indique que l’effort formidable qui a été consenti par le biais de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale s’avère maintenant insuffisant. Puisqu’il s’agit, aussi, à l’avenir, de parvenir à éradiquer à jamais ces poches de pauvreté et de misère sociale dans toute l’acception de l’expression, pour ne plus fournir à Al Qaîda de gisement de recrutements. En Algérie comme au Maroc, existent malheureusement ces verrues que sont les bidonvilles, et qui défigurent les cités. On peut les cacher un temps, mais ils finissent toujours par ressurgir avec la violence qui les caractérise.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression