ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’enquête sur les attentats en Algérie se poursuit

 
Les attentats ayant visé la capitale de l’Algérie auraient été commis avec des véhicules immatriculés en Algérie selon le ministère de l’intérieur.
mercredi 18 avril 2007.

Attentats terroristes à Alger en Algérie Le ministère confirme, également, que « les auteurs impliqués dans ces attentats et identifiés à ce jour sont algériens ». Laissant entendre que les investigations suivent leur cours et que d’autres pistes pourraient être dégagées dans les prochains jours. Mais force est de constater que l’élément capital révélé par le département de Zerhouni a trait à la nature des actes terroristes commis mercredi à Alger en Algérie. La thèse de l’attentat kamikaze est remise en cause. A partir de Constantine, le ministre évoque la détection « d’un système de mise à feu à distance dans la carcasse d’un des véhicules utilisés dans les attentats du 11 avril à Alger ». L’on ignore, par ailleurs, dans lequel des trois véhicules a été retrouvée la télécommande. Ce jours-là, notons-le, trois voitures ont explosé, deux à Bab Ezzouar devant le commissariat et une au Palais du gouvernement.

Zerhouni a soutenu qu’avec cette donne, l’hypothèse la plus plausible à retenir « est que les bombes n’ont pas été déclenchées par les terroristes conducteurs des véhicules, mais par une tierce personne se trouvant loin du lieu du sinistre ». Les terroristes qui conduisaient les trois véhicules, du moins l’un d’entre eux, à en croire la même version, ignorait le fait qu’ils allaient sauter avec la charge d’explosifs. Cette nouvelle donne, même si elle ne diminue en rien de l’ampleur du drame vécu par les Algériens et les familles des victimes, servira certainement à calmer les esprits des Algérois qui vivent depuis une semaine au rythme des fausses alertes, comme celle donnée hier matin au niveau du Mauritania, à proximité de l’ex-siège du ministère des Finances et à quelques encablures d’Air France.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression