ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Début en Algérie de la campagne électorale

 
C’est aujourd’hui que commence en Algérie la campagne électorale pour les élections législatives du 17 mari prochain.
jeudi 26 avril 2007.

Elections en Algérie Les 24 partis politiques et les candidats indépendants, en lice pour les 389 sièges de l’Assemblée nationale, sont à pied d’œuvre pour mettre à profit les 21 jours qui leur sont offerts pour convaincre les quelque 18 millions d’électeurs à faire profiter leurs listes, de leurs précieuses voix. Les chefs de tous les partis politiques, investis dans la bataille électorale, se déplaceront dans les wilayas pour prêcher leurs propres bonnes paroles.

Le programme de sortie de ces leaders est quasiment établi. Il n’en demeure pas moins qu’ils devraient d’abord le soumettre à la Commission politique nationale de contrôle des élections législatives, coordonnée par l’ancien président du Conseil constitutionnel, Saïd Bouchaïr, pour supervision afin d’éviter la présence simultanée de deux chefs de parti dans la même wilaya. Le FLN possède les gros moyens financiers, logistiques et humains pour mettre en branle une machine électorale à faire trembler les concurrents.

Le RND a choisi, pour sa campagne électorale, un thème central conçu sur le dualisme amélioration de la situation sécuritaire et essor socioéconomique, d’où le slogan : “Espoir et efforts pour garantir la stabilité nationale.” Il a élaboré, alors, son programme électoral sur la base de 140 propositions, articulées autour de quatre grands chapitres : renforcer la cohésion nationale ; accroître les richesses du pays et améliorer les conditions sociales des citoyens.

La même stratégie est suivie par les autres grosses cylindrées de la classe politique. Le Mouvement pour une société de paix (MSP) s’adressera aux électeurs avec l’option du “changement en douceur”. Abou Djerra Soltani, qui n’a pas voulu briguer un siège de député, prendra également son bâton de pèlerin pour inciter les citoyens en âge de voter, de mettre un maximum de chances du côté des candidats du mouvement.

Amara Benyounès de l’UDR et Rédha Malek de l’ANR conjugueront leurs forces et uniront leur voix, durant les trois prochaines semaines, afin de consolider la présence des démocrates à l’APN. C’est d’ailleurs dans ce sens qu’ils ont appelé à la création d’un pôle démocrate républicain dont la mission est de fédérer les forces démocratiques existantes dans le pays. Cette alliance, qui est la concrétisation d’un rêve jusque-là impossible, la mise en commun des forces démocratiques et républicaines, est tout indiquée pour capter les voix de ces citoyens qui préfèrent s’abstenir, faute d’une option qui corresponde à leurs convictions.

Le RCD, qui participe à ces élections législatives, alors qu’il a boycotté celles de 2002, pour des raisons politiques, reposera sa campagne électorale sur son président, Saïd Sadi, qui mène la liste d’Alger. C’est d’ailleurs bien au centre du pays que le RCD escompte gagner le maximum de voix et par là même les sièges y correspondant à l’APN, d’autant que l’absence du FFS à cette consultation pourrait jouer en sa faveur.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après Liberté