ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Des narcotrafiquants se réfugient au Maroc

 
Deux narcotrafiquants marocains ont fui vers le Maroc après s’être introduits en Algérie pour récupérer 7 kg de kif traité et en blessant un gendarme algérien.
lundi 30 avril 2007.

Le Maroc est l'un des plus grands exportateurs de drogues Ce genre d’action est devenu le menu quotidien des services de sécurité. Il ne se passe pas une semaine sans qu’une saisie soit opérée. Le plus remarquable est cette stratégie des trafiquants qui consiste à déserter les pistes habituelles pour en créer d’autres non loin de là, étant donné la proximité avec les points d’exportation. C’est ainsi que Béchar et Adrar, une wilaya limitrophe du Maroc avec un relief désertique et accidenté, ont pris la place de Maghnia où la sécurité et la surveillance sont renforcées.

Les plus grosses prises opérées, que ce soit par la Gendarmerie nationale ou les douanes, l’ont été dans le triangle Béchar- Adrar-Tindouf. Pis, les trafiquants de kif, des Marocains particulièrement qui ont servi de détour pour les narcotrafiquants colombiens dont les itinéraires habituels sont strictement surveillés et dont l’appétit a grandi avec la découverte du marché européen. Malgré les alertes données par les spécialistes européens et la DEA américaine, les autorités marocaines, déjà trop permissives avec les cultivateurs de cannabis, n’ont pas tenu compte.

Comme il existe des preuves de l’implication des trafiquants marocains dans l’introduction de la cocaïne en Europe pour le compte des trafiquants colombiens. Désormais, le Maroc prend la place de la Turquie comme plaque tournante du trafic d’héroïne aussi. C’est ce qui explique les plants de pavot trouvés et saisis par la Gendarmerie nationale dans la wilaya d’Adrar.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après Liberté