ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Législatives 2007 en Algérie : la corruption fait débat

 
La campagne pour les élections légilastives en Algérie est marquée par un intérêt certain pour la question de la corruption que dénoncent beaucoup d’algériens.
lundi 30 avril 2007.

La lutte contre la corruption en Algérie jugée une urgence nationale. Le président du rassemblement pour la culture et la démocratie, M. Saïd Saadi a expliqué tous les fléaux sociaux, économiques et politiques par la propagation du phénomène de la corruption et l’absence de transparence dans la gestion des affaires de l’Algérie. De Bouira, il a appelé à mener une guerre contre la corruption, et a indiqué que la fraude aux élections a permis la propagation de ce phénomène et a cassé la crédibilité de l’Etat, en plus de la confiance du peuple dans ses institutions.

Pour sa part, le secrétaire général du mouvement d’Ennahda, a évoqué le phénomène de la corruption, qu’il a considéré comme un outil qui détruit l’union de la société et casse sa volonté. Il a ajouté que la corruption en Algérie est devenue un « facteur de désespoir et de dépression auprès des jeunes », et a indiqué, dans un rassemblement à Touggourt, que l’embellie financière estimée à des milliards de dollars « n’est pas concrétisée sur le terrain à cause de la corruption et du piston ». Quant aux partis de l’alliance, ils ont fait allusion à ce phénomène sans dire grand chose. Le secrétaire général du Rassemblement National Démocratique, RND, Ahmed Ouyahia, a appelé de Souk Ahras et de Tébessa, à rationaliser l’économie et à lutter contre la bureaucratie et la corruption et de bien exploiter l’embellie financière actuelle. Il a aussi appelé à la transparence dans la gestion des affaires de la nation et du citoyen ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar