ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’argent du terrorisme en Algérie

 
Pour financer ses opérations terroristes en Algérie, le GSPC compte notamment sur l’aide financière de ses sympathisants installés en France et en Espagne.
mercredi 2 mai 2007.

Comment le GSPC ramasse son argent à l'étranger et finance ses activités terroristes en Algérie Le journal espagnol El Pais a dévoilé que des cellules dormantes d’al-Qaïda, établies en France et en Espagne, ont réussi à mettre en place des réseaux de financement pour les terroristes islamistes, opérant principalement au Maghreb. Selon le rédacteur de l’article en question, “une équipe de procureurs, de juges et d’enquêteurs travaillent, depuis octobre 2006, sur un réseau complexe établi dans ces deux pays et qui financerait les terroristes sévissant au Maghreb”, notamment en Algérie et au Maroc. À se fier à ces informations, la machine judiciaire et des renseignements généraux des deux pays susmentionnés s’est mise en branle quelques semaines à peine après que le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) eut annoncé son ralliement au groupe de Ben Laden (c’était en septembre 2006).

Ces services auraient découvert, à se référer à l’article d’El Pais (publication du centre gauche proche du pouvoir socialiste), que la “délinquance et le recours à la charité sont les principales sources de revenus des terroristes en France et en Espagne. Le réseau passe également par les paradis fiscaux”. Le quotidien a précisé qu’une “enquête de l’Audience nationale, plus haute instance pénale espagnole, montre que des fonds en provenance des Bahamas sont arrivés entre les mains d’un des membres du réseau en Espagne et ont été camouflés par de fausses factures au nom d’une entreprise d’informatique japonaise”. Donnant encore plus de détails sur l’enquête de la justice et des brigades de renseignements généraux espagnols et français, le quotidien El Pais a écrit que “la Garde civile a découvert que des individus incarcérés en Espagne continuent d’être actifs dans ces opérations. Les rapports du contre-espionnage espagnol (CNI) et des renseignements généraux (RG) français montrent que la France et l’Espagne sont les objectifs prioritaires des terroristes en Europe”.

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après Liberté