ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La consommation de drogue explose en Algérie

 
La consommation de drogue et des psychotropes inquiète en Algérie où les saisies par les services de sûreté ont plus que doublé entre 2005 et 2006.
samedi 5 mai 2007.

Les saisies de psychotropes ont plus que doublé en Algérie En 2006, la police a saisi près de 278.000 comprimés psychotropes de différentes marques et 6.580 ml de Rivotil, a annoncé, jeudi en marge de la journée de sensibilisation sur les aspects scientifiques, législatifs et sociaux des psychotropes, le commissaire, chef de service anti-drogue à la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), M. Kamal Tazrouti. Les saisies de la police de comprimés psychotropes en Algérie ont plus que doublé par rapport à 2005 où « 103.000 comprimés psychotropes et 2.360 ml de Rivotil avaient été saisis » à travers le territoire national, rapporte l’APS. Ces quantités de psychotropes ne concernent que les saisies de la police, puisque, selon un autre bilan donné par l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, les services de sécurité, tous corps confondus, avaient saisi, durant l’année dernière, 319.014 comprimés de substances psychotropes.

Le chef de service de la lutte anti-drogue à la DGSN a signalé que les services de police arrêtent les consommateurs illégaux de ces produits, mais n’interviennent dans leur prescription médicale et leur vente par les pharmaciens qu’après enquête et sur injonction de la justice. Les consommateurs de ces produits en Algérie, a-t-il poursuivi, « ne sont considérés comme délinquants que dans le cas où ils ne justifient pas d’un dossier médical et lorsque les produits ne sont pas portés sur le registre du pharmacien », rapporte l’APS. Toutefois certains pharmaciens sont contraints de vendre ces comprimés sous la menace ou subissent des violences de la part des consommateurs délinquants. D’autres, par contre, sont impliqués dans la vente de ces produits, ce qui est, selon lui, « une violation de la loi ».

Le président du syndicat national des pharmaciens du secteur privé d’Alger M. Abderrahim Zemouchi a tiré, de son côté, la sonnette d’alarme sur les dangers de ce phénomène tout en lançant un appel pour la protection des pharmaciens menacés par les délinquants consommateurs de psychotropes. Il a reproché, dans ce contexte, au ministère d’avoir intégré dans la loi de décembre 2004 « aussi bien les psychotropes que les drogues ». Ainsi, « le pharmacien vit actuellement dans la peur de se voir traduire devant la justice en cas de non inscription de toutes les informations nécessaires sur le malade qui présente une ordonnance et refuse de produire une pièce d’identité », a-t-il déploré. Un récent bilan de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie a fait ressortir que les saisies de drogue et de psychotropes ont augmenté en 2006 où 10.046,286 kg de résine de cannabis, 319.014 comprimés de substances psychotropes de différentes marques et 7.772,7 gr de cocaïne avaient été saisis par les services de sécurité.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran