ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie doit renforcer les droits des femmes et des enfants

 
Pour promouvoir les droits des femmes et des enfants en Algérie, une convention a été signée entre le représentant de l’UNICEF à Alger et le CIDDEF.
dimanche 13 mai 2007.

L'Unicef fait un bilan négatif sur les droits de l'enfant en Algérie Cette convention qui s’étale de 2007 à 2011 consiste en la budgétisation des programmes tracés par le centre dans l’objectif de mener sa mission et de vulgariser les connaissances. Cet accord est ouvert et sera exécuté sur la base des besoins et des activités du CIDDEF, selon M. Raymond Janssens, représentant de l’Unicef à Alger. Ce dernier s’est dit prêt à octroyer de l’aide à toute association qui fait un travail professionnel sur le terrain, où seules quelques centaines sur 80 000 agréées activent réellement. Il a en outre dressé un tableau peu reluisant de la situation sociale de l’enfant et de la femme. Il a déploré, dans son intervention, la situation « inconcevable » qui prévaut en Algérie en matière de droits de l’enfant et de la mère, étant donné qu’ils sont étroitement liés, et ce en enregistrant 30 000 décès de bébés chaque année, ce qui est énorme.

« La bonne santé d’un bébé dépend de la prise en charge de sa mère qui doit avoir une nourrice à son chevet durant la grossesse, une prise en charge sur le plan santé, psychologie et un matériel pour un accouchement dans les meilleures conditions possibles », a-t-il souligné. Me Nadia Aït Zaï, directrice du Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (CIDDEF), a de son côté fait part de l’objectif du centre consistant à attirer l’attention et à être un trait d’union entre les institutions et le quotidien de l’enfant et de la femme. Faire valoir les droits de l’enfant et de la femme en Algérie demande une coordination entre plusieurs intervenants étatiques et de la société civile. Pour l’organiser, le centre compte réaliser prochainement plusieurs activités, entre autres, 4 ateliers de formation dans quatre wilayas, et qui regrouperont des officiers de l’état civil, des corps constitués, des magistrats, des avocats ainsi que tous les intervenants dans la prise en charge de cette catégorie de la société afin de les orienter, de même que la formation des journalistes.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant