ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie vote contre le terrorisme

 
Les élections législatives en Algérie devraient conforter l’Alliance présidentielle (FLN, RND et MSP) qui a appelé les algériens à voter pour faire barrage au terrorisme.
jeudi 17 mai 2007.

Les algériens votent dans l'espoir d'une Algérie meilleure Le président Abdelaziz Bouteflika a voté près de son domicile, dans le quartier huppé d’El Biar dans la capitale de l’Algérie. Il n’a fait aucun commentaire. Le Front de libération nationale (FLN) du Premier ministre Abdelaziz Belkhadem, proche allié de Bouteflika, devrait rester la première formation au Parlement, devant le Rassemblement national démocratique (RND). Dans l’actuelle législature, le FLN dispose de 199 sièges et le RND en compte 47. Les deux formations sont alliées dans une coalition qui compte également le Mouvement de société pour la paix, un parti islamiste modéré. Le scrutin est boycotté par le Front des forces socialistes (FFS), l’une des plus anciennes formations d’opposition, qui craint un manque de transparence et estime par ailleurs que le parlement sert à peu de choses.

Ce sont les difficultés économiques, notamment le chômage qui atteint 75% des moins de trente ans, qui préoccupent principalement les Algériens. La plupart ne se font guère d’illusions sur la capacité des députés à stabiliser le pays ou à s’attaquer au problème du chômage. En Algérie, la présidence est le principal siège du pouvoir et le Parlement est vu par beaucoup comme une chambre d’enregistrement des décisions du pouvoir exécutif. "Notre Parlement n’est pas assez puissant pour prendre des décisions importantes. Mais je ne veux pas opter pour le boycottage parce que l’Assemblée nationale peut contribuer à résoudre nos problèmes sociaux", affirme Fatima Hadj, 43 ans, qui est allée voter dans le quartier d’Ouled el Fayet.

Synthèse de Samir
D’après Reuters