ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Ahmed Ouyahia déplore le tribalisme en Algérie

 
L’aârouchia (tribalisme) est le premier parti politique en Algérie selon le président du RND, Ahmed Ouyahia, qui se dit favorable à la révision de la loi électorale.
samedi 26 mai 2007.

Ahmed Ouyahia - Algérie Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique, M.Ahmed Ouyahia, pense que la mobilisation des électeurs aux locales, prévues au mois de septembre, sera plus importante que celle enregistrée le 17 mai. Invité, jeudi, à l’émission « Galerie de la politique », diffusée sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, ce denier argumente sa position par « le lien très étroit qui existe entre l’élu local et le citoyen. » Ouyahia, qui défend que le premier parti en Algérie est l’aârouchia « tribalisme », n’est pas sans savoir que justement, l’aârouchia est une arme à double tranchant et de surcroît, la bataille sur ce plan aussi, est loin d’être gagnée. Les poches de colère qui ont resurgi ces cinq dernières années dans plusieurs wilayas du pays, témoigne du désarroi des citoyens. Un sentiment qui pourrait se répercuter directement sur le prochain scrutin.

M.Ouyahia lui-même, impute le fort taux d’abstention aux législatives « à la situation sociale des citoyens plus qu’à l’activité politique des partis ». Dans un autre chapitre, Ouyahia a présenté l’Alliance comme le seul pôle politique « qui a réussi depuis l’instauration du pluralisme en Algérie ». Ce qui motiverait son « attachement » à l’Alliance présidentielle pour « conférer davantage de flexibilité à l’action politique et contribuer à la stabilité des institutions de l’Etat ». Le secrétaire général du RND a tenu à dire que son parti a adhéré à l’Alliance présidentielle pour « soutenir le président de la République et l’accompagner dans l’application de son programme ». Les 140 propositions « différemment appréciées par les observateurs », répondent justement au souci de mener à bien les réformes initiées par le chef de l’Etat. M.Ouyahia a indiqué que « les enjeux socio-économiques du pays ne vont pas de pair avec le discours populiste actuel ».

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression