ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Examen de sixième en Algérie : vers un taux de réussite de 80%

 
A l’occasion de la tenue de l’examen de sixième en Algérie, le ministre Boubekeur Benbouzid a indiqué que le ministère de l’éducation tablait sur un taux de réussite de 80%.
lundi 28 mai 2007.

Examen de fin de cycle primaire (sixième) en Algérie En donnant le coup d’envoi officiel des épreuves, le ministre de l’Education nationale, M.Boubekeur Benbouzid, a avoué que l’objectif est de promouvoir l’éducation et l’enseignement afin de relever le niveau scolaire des élèves en Algérie. En d’autres termes, M.Benbouzid a lancé un message bien précis. Ce n’est point pour optimiser le nombre de places pédagogiques que cette statistique a été donnée. D’ailleurs, admet-il, atteindre un tel taux de réussite n’est pas une mince affaire. L’équilibre de la réussite, aux quatre coins du pays, est la pierre philosophale tant recherchée. Statistiques et chiffres confirment la donne. Certaines régions, notamment celles du Sud ont enregistré un retard énorme par rapport à d’autres. Avoir recours à la facilitation des sujets n’est pas la solution. Les défaillances n’apparaissent qu’une fois l’admission au cycle secondaire. Autrement dit, une fois qu’il est trop tard.

Voulant valoriser l’examen de sixième en Algérie, le ministre a assuré que les autorités concernées, lui accordent un intérêt particulier. « Il s’agit d’une étape cruciale dans le parcours éducatif de l’élève » a-t-il expliqué. L’examen constitue une étape à franchir pour que le rêve des 740.383 candidats ne devienne pas, de sitôt, un cauchemar. « A cet effet, une session de rattrapage (le 24 juin prochain) a été programmée au profit des élèves n’ayant pas la moyenne exigée » poursuit M.Benbouzid. La prochaine année scolaire sera, faut-il- le rappeler, la dernière dans le cadre des réformes ayant trait au cycle primaire. A une question dans ce contexte, le ministre a souligné qu’une décision a été prise. « Nous organiserons, durant la même période, deux examens différents adaptés aux données pédagogiques et éducatives de chacun. » Quels sont les moyens mobilisés pour la promotion du secteur ? « L’Etat a dégagé une enveloppe de 15 milliards de dinars pour l’aménagement, l’équipement et la restauration des établissements scolaires du cycle primaire » soutient un Benbouzid très optimiste.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression