ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les barreaux d’Algérie en grève le 10 juin

 
L’Union nationale des barreaux d’Algérie (UNBA) appelle à une grève à l’échelle nationale le 10 juin prochain pour dénoncer les violations aux "droits de la défense en Algérie".
mercredi 30 mai 2007.

L'Union des barreaux d'Algérie durcit le ton Lors d’une conférence de presse organisée hier à Alger, le président de l’Union nationale des barreaux d’Algérie (UNBA), Me Abdelmadjid Selini, a annoncé que cette action de protestation sera précédée, à partir de la semaine prochaine, par le boycott des activités de la cour, par le barreau d’Alger, y compris la session criminelle qui débutera le 9 juin. “Il y a un plan qui vise la réduction des droits de la défense”, a-t-il souligné, en pointant un doigt accusateur en direction d’un “groupe de personnes” au ministère de la Justice. Un groupe qui, de l’avis de Me Selini, a remis en cause les accords conclus entre l’UNBA et la tutelle, relatifs à un projet de loi sur l’avocat, en imposant “un nouveau texte”. Pis, “la situation est grave”, selon lui, en matière des droits de la défense et des droits du citoyen.

Au cours de la rencontre à laquelle ont assisté de nombreux avocats, le président de l’Union des barreaux d’Algérie a informé de la tenue, jeudi dernier, de la réunion du conseil de son organisation. “J’étais à un cheveu de retrait de confiance”, a-t-il reconnu, pour mettre en exergue “le ras-le-bol” de ses confrères. Il a, en outre, rappelé les démarches effectuées par son syndicat auprès des autorités compétentes, depuis 4 ou 5 années, en vue d’améliorer les conditions de travail de la défense et contribuer à l’évènement d’un État de droit. Il a aussi fait part du “dernier appel” lancé au ministère de la Justice, en février dernier, et accompagné d’une plate-forme de revendications du conseil de l’UNBA. Pourtant, la situation n’a pas connu de changements positifs, a admis l’intervenant. Ce dernier a même laissé entendre que “le droit est aujourd’hui piétiné”, que le “terrorisme judiciaire” menace la corporation des avocats. “Celui qui dit qu’il y a indépendance de la justice en Algérie ne dit pas la vérité au peuple algérien”, a soutenu Me Selini.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Liberté