ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’ambassadeur du Brésil en Algérie s’exprime

 
L’ambassadeur du Brésil en Algérie, Sergio França Danese, a estimé que le marché algérien est important et que les opérateurs brésiliens commencent à s’y intéresser.
jeudi 7 juin 2007.

Bouteflika (Algérie) et Lula (Brésil) L’ambassadeur s’est exprimé sur la participation brésilienne à la Foire internationale d’Alger en affirmant : "Le Brésil peut être un partenaire de l’Algérie dans certains domaines. Comment faire ? Il faut se connaître d’avantage. Il faut que les opérateurs économiques des deux pays découvrent les potentialités de nos pays respectifs, pas seulement par le biais des agences de presse. Cevital connaît bien le Brésil. Nous avons fait un grand effort pour participer à la Foire internationale d’Alger. Pour nous, ce grand événement n’est pas seulement une vitrine pour les produits brésiliens. C’est aussi une occasion pour les opérateurs brésiliens de prendre connaissance du potentiel du marché algérien. Nous avons 16 entreprises qui participent, sur une surface beaucoup plus grande que celle de l’année passée, comme l’avionneur Embraer, ainsi que des représentants algériens de firmes brésiliennes."

Sergio França Danese a ajouté : "Le Brésil expose un échantillon de produits qui peuvent faire l’objet de partenariat. Mais aussi, nous voulons donner une image d’une économie brésilienne diversifiée. Les produits exposés vont de la viande bovine aux produits de haute technologie en passant par les autobus Neobus et les remorques Randon qui seront fabriqués en Algérie en partenariat avec Cevital. Il y a aussi les tubes hydrauliques, le granit et des meubles... Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits." Et de conclure : "L’Algérie est un pays très influent. Il a résolu son problème d’endettement d’une manière merveilleuse, en remboursant ses dettes. Il possède des réserves de change importantes, gérées d’une façon prudente. “Venez voir”, nous disons aux opérateurs. C’est un marché important, nouveau qui s’ouvre. C’est le message que nous tenons aux entreprises. Pour les difficultés, ce sont celles qui sont recensées par les opérateurs algériens. Il s’agit de la réforme bancaire."

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après Liberté