ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le terrorisme persiste en Algérie

 
Le terrorisme a encore frappé en Algérie où un attentat à la bombe a fait un mort et neuf blessés à la gare routière de Tizi-Ouzou en Kabylie.
jeudi 7 juin 2007.

La ville de Tizi Ouzou en Algérie visée par les terroristes C’est un explosif de faible intensité, placé juste derrière la loge des agents de sécurité de la gare routière, à la sortie ouest de l’enceinte, menant vers le siège de la Sûreté de wilaya et celui de la cour de Tizi Ouzou dans le nord de l’Algérie. Mais, en réalité, ce sont les policiers en faction sur le trottoir jouxtant la gare routière, près du rond-point, qui ont été visés par cette attaque. C’est l’un d’eux d’ailleurs qui décèdera suite à la déflagration après qu’il eut remarqué le sac contenant l’engin, selon des sources sécuritaires qui affirment que la plupart des victimes ont subi des blessures légères et été évacués vers le CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou. L’endroit a été aussitôt bouclé par un impressionnant dispositif de sécurité de peur d’une seconde explosion, surtout que des centaines de citoyens se sont rassemblés tout près du lieu de l’attentat.

Selon des témoignages recueillis sur place, l’engin explosif a été déposé derrière la loge qui abrite les agents de sécurité de la gare routière, devant les barreaux faisant office de clôture. Mais juste derrière ces barreaux se trouvaient des policiers en faction, comme tous les jours. Ce sont eux qui étaient visés par l’attentat d’hier perpétré aux alentours de 10h30. Il est également dit que quelques instants à peine avant la déflagration, le policier avait remarqué la présence du sac, mais il n’a pas eu le temps de réagir puisque l’explosion le surprendra au moment où il s’en approchait pour contrôler. Aussi, l’explosion de faible charge, donc de faible intensité, n’a été entendue que par les riverains. Les gens dans le centre-ville de Tizi Ouzou n’ont appris la nouvelle que lorsque les ambulances passaient en nombre important, mais aussi lorsqu’ils ont remarqué la nervosité des agents de l’ordre public à chaque passage d’ambulance, notamment sur l’avenue Abane Ramdane.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après la Tribune