ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le GSPC recrute des collégiens en Algérie

 
Le GSPC qui est le principal groupe terroriste en Algérie, tente de se relancer en recrutant des collégiens endoctrinés et entraînés dans les maquis de Boumerdès.
dimanche 10 juin 2007.

Des collégiens rejoignent les rangs du GSPC Une source sécuritaire précise que 13 mineurs âgés entre 12 et 17 ans accusés d’activité terroriste avec le GSPC ont été interpellés par les services de la police judiciaire de la wilaya de Boumerdès, dans la région de Thénia au nord de l’Algérie. Dix parmi les apprentis terroristes sont des écoliers et collégiens : l’un est âgé de 12 ans, un autre de 14 ans, cinq sont âgés de 15 ans, deux de 16 ans et quatre de 17 ans. Selon les mêmes sources, trois autres membres du groupe, expulsés de l’école l’année dernière, ont été placés sous mandat de dépôt, alors qu’ils sont encore mineurs. Devant notre étonnement, notre source répond que c’est pour leur propre sécurité que la justice a décidé de les écrouer.

Une autre source nous a révélé que c’est la nature des faits qui a fondé leur sont reprochés qui la décision de les emprisonner en attendant leur jugement. Mais, même si leurs liens avec les terroristes sont avérés, ils sont encore mineurs et doivent bénéficier de la protection de la loi. Pour avoir une idée de l’implication des apprentis terroristes, notre source révèle que les CD récupérés contiennent des cours d’entraînement et que les portables offerts par les terroristes de la séria de Thénia, retrouvés sur les écoliers montrent la gravité de leur implication dans certains actes terrorites de cette région du nord de l’Algérie. Ces derniers sont rémunérés de 2 000 à 3 000 dinars pour chaque opération. Notre source explique que ces mineurs sont chargés surtout de surveiller les mouvements de certains entrepreneurs et riches commerçants, avant leur enlèvement. Ces éléments de soutien sont considérés comme de véritables terroristes en herbe. Les enquêteurs ont dû, lors de chaque séance d’interrogatoire, appeler leurs parents afin qu’ils soient présents, conformément à la loi.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant