ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La propagande du GSPC en Algérie entre dans les collèges

 
Les terroristes du GSPC qui continuent de semer la mort en Algérie, n’ont pas hésité à recruter des élèves de collèges de Boumerdès pour mener leurs opérations criminelles.
lundi 11 juin 2007.

Les terroristes du GSPC terrorisent la population en Algérie L’information faisant état de treize mineurs arrêtés dans la région de Boumerdès lors du démantèlement d’un camp suspecté de servir à l’entraînement de l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), alimente les plus sérieuses craintes. Les premières indications affirment que les zones touchées par ce ralliement de jeunes sont comprises entre Tizi Ouzou à l’est et Boumerdès à l’ouest, et concernent des villages situés dans les contreforts est de Boumerdès dans le nord de l’Algérie. Selon les mêmes sources, les treize mineurs, qui sont âgés de 12 à 17 ans dont 10 d’entre eux sont des collégiens, ont été arrêtés dans le cadre d’une enquête qui a duré deux mois. Selon des responsables de la police de Boumerdès, l’enquête a pris sa source au lendemain des informations indiquant que quinze jeunes, dont des adolescents, ont quitté leur village, à Sahel Boubrak, pour regagner les maquis du Gspc-Aqmi. Les émirs locaux du Gspc, mouvement qui s’est rebaptisé branche d’Al Qaïda au Maghreb islamique, recrutaient des adolescents pour leur apprendre à combattre dans un camp d’endoctrinement sur les monts de Thénia, près de Boumerdès.

Ces adolescents ont participé à plusieurs actions terroristes en fournissant aux chefs de cette organisation des informations sur le mouvement des forces de sécurité dans les maquis islamistes de la région, toujours selon les mêmes sources sécuritaires. Des téléphones portables, des CD sur les activités de l’ex-Gspc et du réseau terroriste international Al Qaîda d’Oussama Ben Laden ont été saisis lors des perquisitions dans les domiciles des suspects arrêtés. Le plus inquiétant dans la stratégie du Gspc-Aqmi en Algérie est cette propension à recruter des éléments de plus en plus jeunes. Les attentats du 11/4 semblent être beaucoup plus indicateurs sur les nouvelles stratégies et les modes opératoires qu’elles n’ont en l’air. En effet, ils ont été opérés au coeur de la capitale, à l’épicentre de la sécurité, en plein jour, et ciblant des édifices-symboles et de sécurité. Les photos des trois kamikazes, qui se sont fait sauter avec des charges de 500 à 700kg de mélanges explosifs confirment qu’il s’agit de jeunes terroristes de la troisième génération. Un colonel de l’Armée nationale, opérant des ratissages militaires dans une zone du Gspc, nous faisait part, récemment, de ses soucis : « Nous sommes en face de jeunes garçons, fraîchement élus terroristes, qui ne savent même pas écrire correctement leur nom, mais qui savent fabriquer à la perfection une bombe et la faire exploser à distance par l’intermédiaire de systèmes d’allumage perfectionnés. »

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression