PDA

Voir la version complète : Soraya Haddad en bronze


ernestito
12/09/2005, 14h51
une médaille qui fait du bien au sport algérien
Pour participer à la 24e édition des Championnats du monde de judo abritée par la capitale égyptienne (Le Caire) du 8 au 11 du mois courant, l’Algérie s’est faite représenter par 2 judokates, Latrousse Leila (-57) et Haddad Soraya (-48) et 4 judokas, Meridja Omar (-66), Yakoubi (-78), Benmadi (-81) et Rebahi (-60).
Salim Inès - Alger (Le Soir) - Avant la journée d’hier, seul Benamadi (-81) a pu atteindre la finale en remportant une méritoire médaille d’argent. Pour arriver à cette consécration, il lui a fallu livrer 6 combats couronnés par 5 victoires et une défaite en finale. Son premier adversaire, le Palestinien Al Holadi Iyad, il l’a battu avant la limite du temps réglementaire (4’04’’). Ensuite, il a rencontré Chah Khadagh Reza (Iran) qu’il a éliminé en 4’42’’. Son troisième combat, il l’a remporté en 4’36’’de devant Shindji Khashivili Grigol (Géorgie). Quant au 4e combat, Benamadi s’est défait du Russe Dimitri Nassov aux points. En demi-finale, le champion d’Afrique retrouvera le Français Rodriguez Anthony qu’il expédiera sur le tatami au bout de 4’43’’. La finale sera donc la cerise sur le gâteau, même si le poulain de Ahmed Moussa n’aura pas réussi à prendre la mesure sur le champion néerlandais Guillaume Elmont qui s’imposera par ippon à l’entame de la dernière minute d’un combat au cours duquel l’Algérien a peiné sur le plan physique. La chance n’a pas autant souri aux coéquipiers du désormais vice-champion du monde des moins de 81 kg, même si Omar Meridja a quand même gagné 3 combats sur les 5 qu’il a disputés. D’abord (4e combat) devant Morgoshlvili David et lors des repêchages contre Elmont Dax en moins de 3 minutes, suite à quoi, il occupa une 9e place du classement général de la catégorie (-66). Rebahi et Yakoubi engagés respectivement chez les -60 et -78 ont été éliminés dès les premiers tours. En revanche chez les dames, Latrousse Leila, après avoir battu l’Anglaise Cox Sophie, s’est inclinée face à Boenidi (Allemagne) par ippon en 1’34’’ et lors des repêchages devant la Russe Sonina Olga par Yuko. Donc éliminée. Contrairement à Soraya Haddad (-48) qui a réussi à se qualifier pour les demi-finales à la faveur des trois combats qu’elle a magistralement gagnés. Pour sa première entrée en lice dans ces championnats, Soraya a battu la Hongroise Csernoviczki en 1’52’’ et ce, par ippon. Ses deux autres combats devant respectivement Arenas Vanessa (Espagne) et Dimitrio Alina (Roumanie) aux points. Lors des demi-finales, Soraya a résisté jusqu’à la 4’01’’ devant la Cubaine Bermoy Yanet avant de céder sur ippon et perdre une occasion d’aller en finale. Elle a certes perdu cette opportunité, mais celle de décrocher une médaille de bronze, par contre, elle croyait fermement. C’est ainsi qu’elle a battu Simons Anne (Belgique) par ippon en 4’46’ et obtenant avec une deuxième médaille pour le compte de l’Algérie. Aujourd’hui, il sera question de la Coupe du monde où les Algériens retrouveront les Géorgiens chez les garçons, tandis que les filles de Bouhaddou se mettront au défi cubain. Benamadi, chez les hommes, et Soraya Haddad, déjà médaillée d’or lors des Jeux méditerranéens d’Almeria, chez les dames, par une moisson respective : argent et bronze, viennent d’inscrire, pour la première fois dans l’histoire du judo, leur nom et celui de l’Algérie sur les tablettes mondiales, même si bien avant Salima Souakri a obtenu, elle, une médaille de bronze, mais c’était en juniors… A l’issue donc de ces Championnats du monde, il est utile de préciser qu’au classement général, l’Algérie s’est classée à la 13e loge, tout en se classant 10e chez les hommes et 14e chez les dames. Il est à préciser, également, que cette 24e édition a enregistré la participation de 93 pays engageant 334 judokas et 210 judokates (544) et a connu la domination, chez les hommes, des Japonais, Hollandais et Russes. Chez les femmes, ce sont les Cubaines, les Chinoises et les Françaises qui jouèrent les premiers rôles. Force est de constater qu’après tous les échecs consommés par le sport algérien jusqu’à présent, toutes disciplines confondues, c’est le judo qui devient porte-étendard et qui nous a réchauffé le cœur après toute cette longue… froideur. Bravo à tous… aux judokas. Adjemi !

Cookies