PDA

Voir la version complète : Six suspects arrêtés après les attentats en Inde


nassim
02/11/2008, 01h06
La police indienne a arrêté six personnes après la revendication, par un obscur groupe islamiste, de la vague d'attentats simultanés qui a fait 77 morts jeudi dernier dans l'Etat d'Assam.

Les enquêteurs ont retrouvé la trace de quatre suspects à partir de deux voitures et de téléphones portables utilisés pour faire exploser des bombes à distance, a indiqué la police en précisant que les deux autres avaient été interpellés pour liens possibles avec les coupables.

Les arrestations ont notamment eu lieu à Guwahati, principale ville de l'Assam (nord-est de l'Inde). Deux des trois voitures utilisées pour les attentats ont été identifiées, et le propriétaire de l'une d'elles est interrogé, a déclaré Jyoti Mahanta, inspecteur général de police.

La Force de sécurité islamique-Moudjahidine indiens (ISF-IM), groupe islamiste peu connu, a revendiqué vendredi les attentats dans un SMS adressé à une télévision locale.

"Nous, ISF-IM, assumons la responsabilité des explosions de jeudi. Nous avertissons tout le monde, dans l'Assam et en Inde, que des faits analogues se reproduiront à l'avenir", dit le message.

D'après la police, le groupe pourrait avoir mené ces attentats en représailles à des attaques de tribus locales contre des musulmans qui avaient fait 47 morts le mois dernier.

Les autorités cherchent à établir si l'ISF-IM est liée au mouvement Harkat-oul-Djihad al Islam (HuJI), basé au Bangladesh, qui était considéré comme le principal suspect par la police indienne jusqu'à la revendication de vendredi.

La police juge cependant possible que le SMS soit un leurre visant à détourner l'attention des vrais responsables. "On ne sait jamais, cela peut être une manoeuvre de diversion. Nous n'écartons aucune possibilité", a dit Manhata.

Le Front uni de libération d'Asom, organisation séparatiste de la région, était également soupçonné mais les autorités ne lui attribuent plus, désormais, qu'un rôle potentiel de soutien logistique. Le groupe a nié toute implication.

De son côté, le Premier ministre Manmohan Singh a rendu visite aux familles des victimes et à des survivants samedi dans des hôpitaux de Guwahati, tandis que l'opposition accusait son gouvernement de n'avoir pas su empêcher une vague d'attentats en divers points du pays.

"Notre gouvernement ne réagit par au terrorisme avec mollesse", a déclaré Singh aux journalistes devant l'hôpital principal de la ville, où l'on avait renforcé les mesures de sécurité.

source : Reuters

Cookies