PDA

Voir la version complète : Trois projets dans le domaine de l’industrie mécanique pour 2009


DZone
25/11/2008, 10h57
M. Xavier Driencourt a estimé que les échanges entre l’Algérie et la France ont enregistré sur les huit mois de l’année en cours une augmentation significative de 46% pour atteindre un volume de 7, 7 milliards d’euros. Ce résultat est appelé à «dépasser à fin 2008 le montant record des échanges de 2005», soit les 8,4 milliards. Le diplomate français estime qu’il se situera autour de 10 milliards. En tous cas, la France reste «le premier investisseur hors hydrocarbures», précise la mission économique française avec 229 millions de dollars en 2007 (un léger recul par rapport à 2006 qui est considérée comme un pic avec plus de 111% de croissance).

La France a été le premier fournisseur de l’Algérie en 2007 avec 17% des parts de marché.

C’est donc le troisième marché pour les produits français hors OCDE après la Chine et la Russie. L’ambassadeur français qui a pu visiter l’une des sociétés Michelin en l’occurrence s’est dit «étonné par sa performance» en matière de création d’emplois mais aussi d’exportation. Concernant les entreprises françaises installées en Algérie, la plupart sont des PME. En matière de prévisions, il est attendu à partir de 2010 «la consolidation d’une série de projets dans les domaines de l’énergie, l’industrie, les finances, le tourisme, etc», a-t-on appris auprès de la mission économique.

Pour les Français, il y a un intérêt beaucoup plus évident en matière de formation. On a vu s’installer des centres de formation, l’Ecole Pigier, l’Ecole supérieure des affaires. Malgré la non-concrétisation d’un vieux rêve, la construction automobile par le groupe Renault qui a préféré le Maroc pour son implantation, il y a trois projets dans le domaine de l’automobile non moins intéressants, il s’agit du montage de véhicules de lutte contre l’incendie, de celui d’Alstom pour le montage de tramways qui sera localisé sur le site de Ferrovial à Annaba et enfin le projet de composants automobile que devront lancer 3 à 4 sociétés françaises en 2009 en Algérie.

Pour M. Boutellier, le marché algérien devra «favoriser l’implantation des équipementiers» qui peuvent à leur tour booster «une industrie automobile». Quant au choix de Renault de s’implanter au Maroc au détriment de l’Algérie, il aurait été motivé par «l’absence de zone franche de plus de 200 ha et d’un port en eau profonde» qui pourrait être envisagé dans «le cadre de la modernisation des ports», a-t-il souhaité.

M. Boutellier a réfuté, par ailleurs, l’idée que la cession de l’unité ciment d’Orascom au Français Lafarge ait crispé les rapports de ce dernier avec les Algériens sinon, «le Français n’aurait pas réussi sa prise de participation dans la cimenterie de Meftah», a-t-il rassuré les journalistes. L’opération s’est faite, explique-t-il, «dans un autre contexte» (aucune loi ne stipulait au moment de la cession l’obligation d’information des autorités) et «nous prenons acte de la nouvelle donne», dira le chef de mission économique.



Horizon

Cookies